Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Apories, paradoxes et autocontradictions

 | 
Éric Benoit

Deuxième Partie. « Et toujours l’impossible à dire ! »

De quoi l’impossible est-il le nom ?

Joëlle de Sermet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin de sa conférence de clôture du Collège de Sociologie, le 4 juillet 1939, Georges Bataille fait intervenir une remarque pouvant passer pour une simple évaluation autobiographique ou psychologique : « Il se peut que je donne parfois l’impression de m’attarder avec un parti-pris morose dans la considération de l’impossible »1. Cette discrète occurrence du mot « impossible » n’a pourtant rien d’anecdotique. Elle a été appelée, un peu plus tôt dans la même conférence, par la déclaration suivante : « METTRE EN FACE DE LA DESTINÉE demeure à mes yeux l’essentiel de la connaissance ». Suivait un relevé des objets d’étude susceptibles de contribuer à ce savoir fondamental : mysticisme, drame, folie et mort. Si l’on reconnaît dans cette liste certaines des thématiques électives de Bataille, on perçoit aussi comment la connaissance est identifiée à une considération frontale de l’excès et de la négativité. À l’instant de conclure, c’est ce projet cognitif qui se trouve identifié à une ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540