Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au xxie siècle

 | 
Gilles Béhotéguy
, 
Christiane Connan-Pintando
, 
Gersende Plissonneau

À quoi pense le roman du xxie siècle ?

« On n’écrit pas pour des esclaves »

Une lecture sartrienne du roman de jeunesse engagé

Clémentine Beauvais

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La célèbre théorie sartrienne de l’écriture engagée, développée notamment dans Qu’est-ce que la littérature ?1, est tout autant une description qu’une prescription. Il est impossible, constate Sartre, d’être idéologiquement neutre ; il est donc nécessaire d’assumer ses positionnements idéologiques. Toute littérature se doit d’être engagée : d’en appeler au lecteur pour qu’il modifie le monde. L’auteur, qui assume sa propre liberté, s’adresse au lecteur en tant que « liberté pure2 ». Une fois le livre ouvert, l’impératif est catégorique : auteur et lecteur s’engagent ensemble ; « A nous deux, voilà que nous portons la responsabilité de l’univers3 ». Ce mouvement d’ouverture implique une confiance totale quant à la capacité du lecteur d’exercer sa liberté, d’endosser le projet de l’auteur pour le monde. Malgré la dimension didactique d’un tel appel, le lecteur doit donc être considéré comme liberté créative, comme projet indépendant. Sartre résume : « On n’écrit pas pour des esclaves4...

Auteur

Université de Cambridge

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540