Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au xxie siècle

 | 
Gilles Béhotéguy
, 
Christiane Connan-Pintando
, 
Gersende Plissonneau

Après les colonies

L’écriture de la guerre d’Algérie dans le roman contemporain pour la jeunesse : réécritures de l’histoire et enjeux mémoriels

Anne Schneider

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le chapitre de ses Œuvres intitulé « Sur le concept d’histoire », Walter Benjamin définit le travail de l’historien qui « saisit la constellation que sa propre époque forme avec une telle époque antérieure1 ». Cette approche, reposant sur une métaphore, fonde la lecture de l’histoire dans une conception non pas figée ou décloisonnée, mais sur l’idée que l’histoire relie l’avant et l’après, qu’elle ne se conçoit que dans une résonance entre le passé et le présent. L’historien est celui qui établit des passerelles, qui éclaire son époque avec celle antérieure. W. Benjamin fonde ainsi un concept du présent comme « “à-présent” dans lequel se sont figés des éclats du temps messianique2 ». Or, le roman participe du travail de l’historien dans cette recréation temporelle et dans cette « reliance » des faits et des univers, selon le terme d’E. Morin3. Il compose une réalité fictionnelle qui, selon W. Benjamin dans « Le conteur », « invite le lecteur à réfléchir au sens de la vie » : « ...

Auteur

Université de Caen, EA 4256 LASLAR

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540