Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au xxie siècle

 | 
Gilles Béhotéguy
, 
Christiane Connan-Pintando
, 
Gersende Plissonneau

Après l'apocalypse : les dystopies

Les dystopies, une inscription contemporaine du « plus jamais ça » ?

Eléonore Hamaide-Jager

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Les dystopies peuvent, à première vue, apparaître comme des récits sans discours reposant uniquement sur une efficacité narrative pour un lectorat très ciblé et reprenant certains des poncifs de la littérature pour la jeunesse patrimoniale : un adolescent se rebelle et gagne contre l’ordre établi incarné par les adultes. Pourtant, comme le rappelle Matthieu Letourneux, « il existe des récits irréalistes qui en disent beaucoup sur la société et ses rapports de force (comme certaines dystopies en science-fiction […] reformulant métaphoriquement la violence des rapports sociaux1 ». Cette affirmation constituera un de mes fils conducteurs, à travers une hypothèse sans doute décalée, voire déplacée, au premier abord. La dystopie serait une façon de réinterroger de manière littéraire, non seulement les sociétés totalitaires2, comme on a pu le dire de certaines dystopies pour adultes, mais plus spécifiquement les génocides, avec des positionnements similaires sur le contrôle des naissances...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540