Version classiqueVersion mobile

Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au xxie siècle

 | 
Gilles Béhotéguy
, 
Christiane Connan-Pintando
, 
Gersende Plissonneau

Les filles au centre

Hermione Granger : entre idéologie et utopie de genre ?

Une identité qui s’invente

Mireille Baurens et Vincent Massart

Texte intégral

  • 1 Patrice Charaudeau : « Dis-moi quel est ton corpus, je te dirai quelle est ta problématique », Corp (...)

Le discours, comme lieu, à la fois, de structuration des usages en fonction des conditions de production dans lesquels ces usages se manifestent, témoign[e] des comportements langagiers des sujets parlants, et de catégorisation de sens qui témoigne des systèmes de connaissance et de croyance auxquels adhèrent les individus ou groupes sociaux […].
Patrick Charaudeau1

Hermione Granger : Le titre impossible

1S’intéresser à la présence de l’idéologie dans la littérature destinée à la jeunesse conduit nécessairement à interroger les œuvres cinématographiques visant le même public, tant les frontières littérature-cinéma sont poreuses. Les discours idéologiques traversent les deux medias nous en donnons ci-dessous un exemple.

2Notre recherche dans l’œuvre écrite par J. K. Rowling s’interroge sur l’émergence de nouveaux stéréotypes de genre dans la construction des personnages romanesques (masculins et féminins). Il nous semble pertinent d’observer quelles représentations du féminin et du masculin se déploient dans la saga Harry Potter. La comparaison entre un extrait du livre et son adaptation cinématographique met au jour le rapport entre les choix narratifs et les discours véhiculés par le récit par-delà la diégèse. L’extrait ci-dessous interroge la place respective des protagonistes féminin et masculin (Hermione et Ron).

Harry se glissa dans la salle commune et retrouva Ron et Hermione qui se disputaient violemment, debout face à face, à trois mètres l’un de l’autre, le visage écarlate.

- Si ça ne te plaît pas, tu sais ce qu’il faudra faire à l’avenir ! criait Hermione. Ses cheveux étaient défaits et les traits de son visage déformés par la fureur.

- Ah ouais, répliqua Ron, en criant aussi fort qu’elle. Qu’est-ce qu’il faudra faire ?

- La prochaine fois qu’il y aura un bal, tu n’auras qu’à me demander d’y aller avec toi avant que quelqu’un d’autre le fasse à ta place et non pas au dernier moment, parce que tu n’auras trouvé personne d’autre.

Ron ouvrit silencieusement la bouche comme un poisson hors de l’eau tandis qu’Hermione tournait les talons et montait quatre à quatre l’escalier, qui menait au dortoir des filles. Ron se tourna vers Harry.

- Alors ça…, bredouilla-t-il l’air stupéfait, ça prouve que… elle n’a rien compris du tout…

  • 2 J. K. Rowling, Harry Potter : La Coupe de feu, T. 4, Gallimard, « Folio », p. 457.

Harry ne fit aucun commentaire […]. Mais à son avis, Hermione avait beaucoup mieux compris que Ron2.

  • 3 Harry Potter and the Goblet of Fire, Mike Newell, Warner Bros, 2005.

3Nous avons comparé cet extrait avec l’adaptation cinématographique de Mike Newell3.

Extraits du livre

Extraits du film

Harry Potter, tome 4, La coupe de feu, p. 457

Harry Potter opus 4, La coupe de feu

Enonciation : Hermione ouvre et ferme le dialogue

Enonciation : Ron mène le dialogue

Tonalité : Hermione est en colère/Ron médusé bouche bée, réduit au silence

Tonalité : Hermione larmoyante, capricieuse/Ron, indifférent, distant.

Déplacement : Hermione se déplace, vers et loin de Ron (montée de l’escalier)

Déplacement : Hermione finit assise, prostrée, Ron monte l’escalier

Diégèse : Hermione moteur de l’action

Diégèse : Ron et Harry impulsent et sont dans l’action (Hermione réduite à un comportement pusillanime)

4Cette comparaison à charge souligne la teneur du discours idéologique véhiculant les stéréotypes de genre et travaillant la hiérarchie conventionnelle entre le masculin et le féminin. En ce sens, l’adaptation cinématographique constitue un véritable contresens tant elle inverse le positionnement et les rapports de force entre les deux personnages que sont Hermione et Ron. Il convient d’identifier les spécificités qui s’attachent à l’héroïne, telles qu’elles sont construites dans le roman et passées par pertes et profits dans l’adaptation. Notre travail tend à prouver que loin d’être monolithique, la place de l’héroïne et sa caractérisation au sein du roman mobilisent des stéréotypes contradictoires, conflictuels, mais desquels émerge in fine une figure nouvelle qui s’affranchit des catégories hiérarchisées du masculin et du féminin, dont nous essaierons de cerner les contours.

  • 4 Judith Butler : Gender Trouble, Routledge Kegan and Paul, 1990 ; trad. fr., Trouble dans le genre, (...)

5Dans un premier temps, s’agissant de stéréotypes de genre, trois niveaux de lecture paraissent coexister au sein de l’œuvre de J. K. Rowling. D’une part, le récit souscrit à une orchestration conventionnelle du clivage des rôles sociaux de sexe ; les scènes où s’écrit le fondement ordinaire de l’opposition féminin/masculin, se succèdent. D’autre part, la singularité du personnage romanesque incarné par Hermione introduit un nouvel usage de la secondarisation de l’héroïne dans la mesure où elle rompt avec le stéréotype du fairevaloir du héros masculin. Enfin, ces deux premiers points conduisent à analyser le potentiel subversif de ce personnage, qui « trouble4 » l’équilibre traditionnel, héros/héroïne, masculin/féminin. L’usage du langage performatif, la maîtrise de l’action par le savoir, réagencent la prééminence des rôles de chacun-e au cœur de la diégèse.

Un univers genré stéréotypé omniprésent

  • 5 La sélection proposée est loin d’être exhaustive.

6Harry Potter met en scène des personnages qui s’ingénient, selon nous, à correspondre aux clichés de genre. Les tableaux suivants présentent une sélection de ces occurrences5, qui loin d’être anecdotiques, participent en toile de fond à la structuration des rapports de genre dans la saga et au discours produit sur le rôle des un-e-s et des autres, dans le cadre de la sphère privée, dans l’espace social, dans l’institution de l’école.

7Le tableau ci-dessous oppose l’homme en lien avec l’extérieur et la femme dans le monde clos de l’espace domestique.

  • 6 Les traductions des extraits proposés dans cet article proviennent de la traduction de Jean-Françoi (...)
  • 7 Le texte anglais (Arthur A. Levine, Scholastic), utilise un pluriel (« bowls », p. 66) impliquant q (...)

Extraits choisis6

Stéréotypes féminins, masculins

Sphère privée

Mrs Weasley remuait le contenu d’une grande marmite posée sur la cuisinière, pendant que Mr Weasley, assis à la table, examinait une liasse de billets d’entrée imprimée sur des grands parchemins. (p. 74)

Femme au fourneau, homme aux journaux

Cantonnement des rôles

Avec une vigueur excessive, elle pointa sa baguette magique vers l’évier et les pommes de terre qui s’y entassaient jaillirent hors de leur peau […]. Elle fit tourner plusieurs fois sa baguette magique/à l’intérieur d’une grande casserole en cuivre). Une sauce onctueuse jaillit alors de la baguette […] p. 66-67

Femme, attendue en cuisine affairée à cuisiner, seule, énervée, préparant pour les autres, servant les autres

Baguette au féminin : fonction domestique

« […] expliqua Mrs Weasley en versant de grandes cuillerées de mélasse sur le porridge7 » (p. 76)

8Dans la sphère publique, sociale, on retrouve les mêmes visions stéréotypées des rôles masculins et féminins, notamment sur le plan de la séduction.

  • 8 Le texte anglais fait état de l’incapacité de Ron à exprimer quoi que ce soit : « Ron went purple. (...)
  • 9 Par exemple, Marie Darrieussecq : Truismes, éditions P.O.L, 1996. Voir dans le présent volume l’art (...)

Extraits choisis

Stéréotypes féminins, masculins

Sphère publique, sociale

« - Le pus de Bubobulb est un excellent remède contre les formes les plus persistantes d’acné. Avec ça, les élèves de Poudlard devraient cesser de recourir à des méthodes désespérées pour se débarrasser de leurs boutons.

Beauté/laideur : problématique, féminine relayée par les pairs et les adultes (aucune alternative)

Victimisation/statut des filles + auto-mutilation (corroborée/poids et grâce)

- Comme cette pauvre Eloise Midgen, dit à voix basse Hannah Abbot, une élève de Poufsouffle. Elle a essayé d’enlever les siens en leur jetant un sort.

- Quelle idiote, soupira le professeur Chourave en hochant la tête. » (p. 208)

« […] libérant une cascade de cheveux d’un blond argenté qui lui tombaient presque jusqu’à la taille. Elle avait de grands yeux d’un bleu foncé et des dents très blanches, parfaitement régulières. Ron devint écarlate. Il la regarda, ouvrit la bouche et bredouilla8 […] de nombreux garçons tournèrent la tête vers elle et semblèrent eux aussi perdre momentanément l’usage de la parole » (p. 269)

La représentation de la sexualité masculine est simpliste et réductrice (syndrome top-modèle…)

Hétérosexuelle exclusivement primauté du physique, entraînant une paralysie primaire masculine face à une beauté féminine surnormée

« Harry en voyait partout. Des filles qui gloussaient et murmuraient dans les couloirs, des filles qui se mettaient à hurler de rire quand des garçons passaient devant elles, des filles surexcitées qui comparaient des listes de vêtements pour décider ce qu’elles allaient mettre le soir de Noël.

Supériorité suffisante (filles = bétail cf. « fiction viande9 »?)

Duel féminin masculin institutionnalisé (bal) Hiérarchisation (élue, passivité, rivales…)

- Pourquoi faut-il qu’elles se promènent en troupeaux ? dit Harry à Ron (…)

- Essaye avec un lasso suggéra Ron (…) » (p. 410-411).

« Tu ferais bien de te dépêcher, vieux, sinon il ne restera que les plus moches, dit Fred. » (p. 416-417)

9La sphère publique et sociale représentée par l’école conforte le stéréotype de la différence entre les filles et les garçons.

  • 10 Nicole Mosconi : La mixité dans l’éducation, enjeux passés et présents, Rebecca Rodgers (dir.), édi (...)

Extraits choisis

Stéréotypes féminins, masculins

À l’école

« À la vue de la grande et magnifique licorne, la plupart des filles poussèrent un “ooooooohhh !” admiratif. […]

Distribution de rôles opposés Côté filles : Mains levées

Clivage relayé, renforcé par l’école Affirmation d’une vision essentialiste

- Les garçons, vous restez en arrière ! aboya le professeur Gobe-Planche ? Elle étendit le bras, heurtant Harry en pleine poitrine. Les licornes préfèrent la délicatesse féminine. » (p. 462).

(ignorées), capacités sportives moindres, larmes, rougissements

(douceur vs rudesse) Leurre de la neutralité éducative (cf. Nicole Mosconi10)

  • 11 Emprunt à Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

10Ces nombreux exemples, se répétant ad libitum, campent un contexte dénué d’ambiguïté et posent un cadre contraint, connu, aisément repérable par le lecteur, où se déploie l’opposition du masculin et du féminin. Ce repérage est une étape préalable, incontournable, à un questionnement — ultérieur — de la hiérarchie du genre, de la « domination masculine11 ».

11Au fil de ce que font les différents protagonistes, se fait jour une subtile et constante évolution de la participation du personnage féminin à la résolution des intrigues. Hermione n’est jamais complètement réductible à la vision stéréotypée dans laquelle une lecture superficielle la cantonnerait, comme s’il s’agissait pour elle, tout à la fois de correspondre aux rôles sexués et stéréotypés, et de les éroder ou de les dynamiter de manière plus ou moins ostensible.

Hermione, une héroïne singulière

  • 12 Marisa Zavalloni, « Penser le genre avec l’ego-écologie. Les hommes et les femmes : un exemple de l (...)

12En Hermione, bonne élève, se dessinent en filigrane les filles studieuses se cantonnant au cadre de la loi fixée par l’autorité, obéissantes et évitant de se faire remarquer. À l’instar de Marisa Zavalloni12, on peut se poser la question de la résonance identitaire de telles fictions : les mécanismes identitaires organiseraient l’appréhension du monde en n’en retenant qu’un contenu représentationnel sélectif du point de vue des relations genrées. Cependant, cette adhésion aux stéréotypes de genre ne dure pas, et peu à peu, l’héroïne s’émancipe de l’autorité a priori masculine. Elle tourne le dos à la docilité applicationniste et fait sien le principe de l’action.

13Hermione développe des traits de caractère qui font d’elle un personnage féminin d’une densité particulière, dont trois sont remarquables : l’intelligence, le « care » et la dimension politique. Son intelligence plurielle se définit fondamentalement par sa dimension effective, en action, opposée à l’intelligence de salon. Hermione est une intellectuelle pragmatique, dont l’esprit lui permet de résoudre concrètement des énigmes. Figure intergénérationnelle, elle est aussi capable de transmettre des savoirs à des adultes, dans un renversement des rôles entre les âges. Enfin, son intelligence transgresse les statuts, dans la mesure où Hermione éclaire les femmes comme les hommes, ses pairs comme ses enseignant-e-s.

  • 13 Blanche Neige : figure emblématique du personnage féminin figé dans l’attente, les tâches domestiqu (...)

14Si dans un premier temps Hermione accuse les traits d’une « Blanche Neige »13, le soin qu’elle prend des autres procède de l’élection ; elle choisit et ne subit pas, ceux/celles dont elle va s’occuper. Elle n’agit pas par caprice, mue par le seul moteur émotionnel mais dans la constance d’une visée à long terme.

  • 14 S.A.L.E : Association créée par Hermione pour la défense des droits des elfes de maison et à laquel (...)
  • 15 H.P. La coupe de feu, op. cit., p. 339

– Je devrais peut-être demander à des habitants du village s’ils ne veulent pas adhérer à la S.A.L.E14, dit Hermione d’un air pensif en jetant un regard autour d’elle. […]
– Hermione, quand est-ce que tu vas arrêter ces histoires de S.A.L.E ?
– Quand les elfes de maison auront obtenu des salaires et des conditions de travail convenables ! répondit-elle entre ses dents15 […]

  • 16 Notons que cette dimension novatrice est totalement occultée à l’écran. Une héroïne qui fait de la (...)

15Hermione, en analysant les ressorts de l’exclusion, déploie une action militante qui la conduit à créer un parti, le S.A.L.E. pour la défense du droit des elfes16 et l’inscrit dès lors dans le champ politique. Cette attention aux autres, en accédant à la dimension politique, enrichit la caractéristique du soin, du « care » et élève le personnage d’Hermione. Ici émerge un nouveau type d’héroïne féminine, marqué par l’amplitude de son influence et l’essor de ses responsabilités : la quête de l’innocence perdue fait place à la compréhension active du monde. L’héroïne n’est pas celle qui fait (le) bien mais elle invente ses propres modalités d’agir dans la cité en mobilisant toute son intelligence.

16Contrairement à Harry Potter mais également Spider Man, Lucky Luke ou les personnages de Tolkien, qui veulent restaurer un paradis perdu bouleversé, Hermione ne se satisfait pas seulement de sauver le monde, elle le transforme.

L’ascension du féminin ne s’effectue pas aux dépens du masculin

  • 17 Attaque à Ithaque, Yvan Pommaux, Bayard Jeunesse, 2007. Vol. 3. Dans une sorte d’oxymore visuel, le (...)
  • 18 The Hunger Games, (2009 pour le 1er tome de la trilogie), Suzanne Collins, Pocket Jeunesse, adapté (...)

17Les figures qui renvoient à l’autonomie, à la prise de décision, au courage, sont celles qui fondent des figures proprement héroïques : depuis Fifi Brindacier (Astrid Lindgren, 1945) jusqu’à Marion Duval17 en passant par Katniss,18 la littérature de jeunesse ne cesse d’inventer ses nouvelles héroïnes en phase avec l’évolution de la place et du rôle que les femmes occupent dans la société.

  • 19 Rebelle, titre original : Brave, Mark Andrews, Brenda Chapman. Pixar Animation Studios, 2012.
  • 20 Avatar, James Cameron. 20th Century Fox, 2009.

18À ce titre, l’originalité de Rowling tient aussi dans le traitement même du masculin. Ces tentatives de renverser l’asymétrie conventionnelle entre les rôles dévolus au féminin et au masculin conduisent très souvent à inverser les positionnements et l’ascension d’un type de personnage s’effectue aux dépens des autres. Il n’est que de visionner des œuvres telles que Rebelle19 ou Avatar20 pour constater combien cette émergence du féminin coûte cher à la figure masculine, dans un mouvement de balancier qui voit s’inverser des rapports de force sans interroger le rapport de force lui-même. Dans ces deux films, les personnages masculins, même s’ils prétendent occuper le premier rôle sont foncièrement décrédibilisés, réduits à une galerie de stéréotypes monovalents : un père caractériel entouré d’une bande d’abrutis tous plus sots les uns que les autres dans le premier, un geek adolescent, un soldat plantigrade, un manager puéril, etc. dans le second. Face à ces personnages masculins (et non pas à côté comme dans Harry Potter), s’épanouissent des personnages féminins qui gagnent en profondeur, en nuances, en complexité et en variété. Ce phénomène d’émergence de nouveaux stéréotypes féminins se retrouve dans la construction des personnages de J. K. Rowling à ceci près que dans son œuvre, il ne présuppose pas la dissolution des figures masculines. Hermione gagne en véracité, en densité, sans pour autant faire déchoir le personnage masculin même s’il semble, dans un premier temps, que le roman mette en place deux modèles présentés comme antagonistes : la baguette d’une part, de l’autre la bibliothèque.

De l’incantation magique au discours performatif21

  • 21 Association empruntée à Judith Butler, Excitable Speech, a politics of the performative, Routledge, (...)
  • 22 H.P., A l’école des sorciers, op. cit., p. 90
  • 23 « On le sait, la magie est d’essence virile, autrement dit, pour J.K. Rowling, puérile. » I. Cani, (...)

19Harry en pénétrant dans la boutique où les sorciers se procurent leur baguette magique, « éprouvait une étrange sensation, comme s’il venait d’entrer dans une bibliothèque particulièrement austère22. » Ces deux espaces sont présentés en symétrie au détour d’une phrase avant d’être par la suite mis en concurrence. Ces deux symboles forts courent à travers l’œuvre, l’un étant associé à la puissance masculine, l’autre à l’activité féminine : la baguette magique d’un côté, prolongement de la main, du bras et substitut phallique par excellence de l’homme23 intervenant au sein du réel, la bibliothèque de l’autre, lieu refuge des « bonnes élèves » adeptes du bovarysme et par là même consignées dans un rapport virtuel à la réalité.

20La baguette permet aux personnages masculins, positifs ou négatifs, de plier la réalité à leur volonté. La baguette figure ce tropisme masculin d’agir sur le monde, non pas en le travaillant mais en le métamorphosant et où chaque coup de baguette est un coup de force. Façonnant le réel, la baguette objective et réifie le monde en le soumettant à la volonté de puissance infantile de la figure masculine dont Voldemort est le parangon et la figure archétypale. Dans l’usage de la baguette, caprice et virilité se confondent dans le geste du jeteur de sort qui s’arroge le droit de vie et de mort, de guérir ou de faire souffrir.

21La bibliothèque, à l’opposé, introduit un rapport renouvelé de la manière d’agir sur le monde et de le transformer. Là où la baguette impose et soumet, le livre propose la compréhension. Là où le pouvoir de la baguette confond dans un même geste parole et acte dans une confusion totale, le pouvoir du livre tient dans la distance instaurée entre lui et le lecteur — en l’occurrence ici, la lectrice.

  • 24 H.P. La chambre des secrets, op. cit., p. 267.

Hermione se frappa soudain le front du plat de la main.
- Harry ! Dit-elle. Je crois que je viens de comprendre quelque chose ! Il faut que j’aille à la bibliothèque !
Et elle monta les escaliers quatre à quatre.
- Qu’est-ce qu’elle a compris ? Demanda Harry qui regardait toujours autour de lui pour essayer de localiser la voix.
- Beaucoup plus de choses que moi, dit Ron en hochant la tête.
- Mais pourquoi faut-il qu’elle aille à la bibliothèque ?
- C’est toujours ce qu’elle fait, répondit Ron avec un haussement d’épaules.
Dès qu’elle a un doute, elle fonce à la bibliothèque24.

  • 25 Lire le plaidoyer pour sauver l’hippogriffe dans le tome 3.
  • 26 Voir la liste des formules magiques classées par ordre alphabétique sur le site : www.poudlard.fr.

22La baguette fonctionne sur le mode de la confusion entre langage et action. La bibliothèque impose le temps de la séparation et propose des discours25 quand l’usager de la baguette n’utilise que des slogans, des mots : « Doloris, Avada Cadavra, Sectum Sempra ou Stupéfix26 ». Le pouvoir de la baguette n’est qu’actif — action sur — ; le pouvoir dispensé, acquis dans la bibliothèque est rétroactif. La baguette n’est que le canal amplificateur de la volonté du sorcier, le livre suppose une transformation du lecteur. Dans l’interaction que le personnage d’Hermione établit avec les livres, ce n’est pas le monde qui est d’abord transformé mais celle qui lit et qui dès lors peut agir. Hermione compte sur le langage pour faire avancer l’action et résoudre l’intrigue, a contrario de l’usage magique où discours performatifs et injonctifs se confondent.

23L’œuvre de J.K. Rowling crédite le pouvoir né dans la bibliothèque et invalide celui de la baguette. En effet, au terme des 7 tomes, Harry Potter sortira finalement vainqueur de ce duel qui l’oppose à son ennemi Voldemort non pas à l’aide d’un sortilège plus puissant que celui de son adversaire mais au terme d’un duel… de paroles. En contenant son adversaire, en l’acculant par son discours à assumer sa biographie, il le réduit à sa merci. La magie occulte perd contre le langage qui révèle. Dès lors, dans l’économie des modèles, Harry apparaît comme un disciple d’Hermione. Le personnage masculin se met à l’école du féminin et en adopte le mode d’action.

  • 27 Il est symptomatique qu’en cohérence avec les remarques précédentes sur les choix de l’adaptation c (...)

24Ce dénouement surprenant27 ne met pas en scène la suprématie de l’un sur l’autre mais permet un parcours symétrique, où Harry et Hermione, dans leurs responsabilités réciproques de héros et héroïne, sont sur un plan d’égalité.

« Dissoudre la hiérarchie28 » : le dénouement permet trois lectures distinctes

Première lecture

25La saga se clôt sur un Happy Ending, dont la double conformité répond aux attentes du genre en accomplissant la victoire du Bien sur le Mal et en scénarisant la résolution sociale cohérente aux normes familiales et sexuées traditionnelles : « ils/elles se marièrent et eurent beaucoup d’enfants… »

Deuxième lecture

26La fin proposée par J. K. Rowling à l’ensemble de son œuvre valide l’hypothèse qui fait de Hermione et Harry deux personnages à égalité, deux alter-ego. En effet, tout depuis le début de la saga, aurait pu conduire vers une fin convenue où le héros épouse son faire-valoir. Contrairement aux attendus du genre et du récit, Hermione ne choisit pas Harry et à ce titre refuse que son intelligence, son autonomie soient réduites à refléter les vertus du héros. Elle se ménage un espace de liberté au sein même des conventions sociales genrées véhiculées par la littérature de jeunesse. Les deux personnages sont égaux dans leur possibilité de choisir. En dépit d’une fin qui conserve des traces du discours conventionnel, le personnage d’Hermione est emblématique d’un nouveau paradigme qui concilie et réconcilie les attributs féminins et/ou masculins distribués ailleurs dans le roman sur le mode du stéréotype genré. Le personnage de Harry, nous l’avons vu, est contaminé par cet effet de subversion : la manière dont le stéréotype féminin est en train de muter implique la transformation du stéréotype masculin. C’est patent dans le refus de Harry d’endosser le rôle attendu dans le duel final avec le méchant, son antagoniste, Voldemort. Dans le film, Harry ne parle pas mais se bat, dans le livre, Harry ne se bat pas mais parle.

Troisième lecture

27H + H = AE (amour éternel). H et H = AE (alter-ego). Le couple attendu Hermione/Harry cède la place à deux figures héroïques androgynes distinctes, autonomes, indépendantes intégrant les pôles opposés en un continuum intérieur.

28Le clivage inter-genre (entre femmes et hommes) en vigueur dans la littérature grand public, est dans ce roman, aporétique, dans la mesure où Hermione et Harry intègrent chacun de son côté une binarité intragenre (combinaison du masculin et du féminin au sein d’un même figure héroïque). Il et elle présentent l’accomplissement d’une identité sexuée unifiée, ni dans la confusion, ni dans l’affrontement mais dans l’émancipation qui dame le pion aux stéréotypes de genre.

29L’évolution du personnage d’Hermione, celle symétrique du personnage de Harry mettent à mal une vision du clivage essentialiste des genres. La relation entre les deux personnages se décline non plus sur le mode d’une complémentarité binaire masculin/féminin mais sur celui de la complétude.

Conclusion et perspectives didactiques : du bon usage de la littérature de jeunesse contemporaine à l’école et au collège…

30Harry Potter se prête volontiers à une analyse permettant la déconstruction des stéréotypes notamment par la comparaison entre le roman et son adaptation cinématographique.

31En effet, la littérature de jeunesse offre des ressources attractives, accessibles, mais hors sanctuaire scolaire et de ce fait souvent reléguées, minorées, voire parfois dénigrées. Harry Potter, en particulier par la singularité exceptionnelle du personnage d’Hermione, offre un tremplin pour un questionnement sur des rapports sociaux de sexe égalitaires et des identités réinventées. Ce roman est, à notre sens, un exemple inédit par son ampleur, des sujets thématiques et pédagogiques qui pourraient être travaillés en formation des enseignant-e-s ou avec les élèves. En voici deux, sur lesquels nous souhaitons insister :

  • Une analyse de l’œuvre permet le repérage des stéréotypes et signe la fin du consensus silencieux, de l’école, à l’école, par école, grâce à l’orchestration active, par les enseignant-e-s, de la déconstruction critique à activer chez leurs élèves.

  • Une perspective égalitaire émerge, à travers une double résolution du clivage sexué qui conduit non seulement à l’émergence de rapports sociaux de genre apaisés mais surtout à l’émergence d’une identité de sexe complexe combinant et conciliant les attributs du masculin et du féminin.

  • 29 Edgar Morin, L’esprit du temps, Essai sur la culture de masses, Grasset, 1962.

32La limite de l’œuvre (c’est aussi son intérêt), tient au fait que ce n’est pas une œuvre militante. À ce titre Harry Potter comporte un modèle hétéro-normatif non questionné… Il s’agit bien d’une œuvre inspirée par « l’esprit du temps29 », qui porte en germe, malgré elle et à l’insu de son auteure, la promesse d’une évolution.

  • 30 Paul Ricœur, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique II, Le Seuil, 1986, p. 114.

33À ce titre, le discours porté par l’œuvre de J. K. Rowling a bien une dimension politique, dans la mesure où : « (…) interpréter, c’est expliciter la sorte d’être au monde, déployé devant le texte30 » Au-delà de la querelle du genre, ce que le livre propose c’est le refus de la violence comme modalité d’être au monde. Derrière la question des relations entre les hommes et les femmes, se tient la question des relations entre les êtres. Chez J. K. Rowling, cette problématique du genre apaisé esquisse l’utopie d’une humanité réconciliée. Au fond, Hermione et Harry inscrivent leur action dans une idéologie pacifiste, celle du refus du recours à la violence comme modalité d’être au monde.

Notes

1 Patrice Charaudeau : « Dis-moi quel est ton corpus, je te dirai quelle est ta problématique », Corpus, 8/2009, p. 37-66.

2 J. K. Rowling, Harry Potter : La Coupe de feu, T. 4, Gallimard, « Folio », p. 457.

3 Harry Potter and the Goblet of Fire, Mike Newell, Warner Bros, 2005.

4 Judith Butler : Gender Trouble, Routledge Kegan and Paul, 1990 ; trad. fr., Trouble dans le genre, La découverte, 2005.

5 La sélection proposée est loin d’être exhaustive.

6 Les traductions des extraits proposés dans cet article proviennent de la traduction de Jean-François Ménard,, Gallimard Jeunesse, 2000.

7 Le texte anglais (Arthur A. Levine, Scholastic), utilise un pluriel (« bowls », p. 66) impliquant qu’elle est en train de servir les personnes présentes, alors que la traduction dit « sur son porridge », ce qui ne traduit pas son service aux autres.

8 Le texte anglais fait état de l’incapacité de Ron à exprimer quoi que ce soit : « Ron went purple. He stared up at her, opened his mouth to reply but nothing came out except a faint gurgling noise (…). And some of the boys seemed to have become temporarily speechless, just like Ron » (p. 252, édit. Arthur A. Levine, Scholastic).

9 Par exemple, Marie Darrieussecq : Truismes, éditions P.O.L, 1996. Voir dans le présent volume l’article de B. Blanckeman.

10 Nicole Mosconi : La mixité dans l’éducation, enjeux passés et présents, Rebecca Rodgers (dir.), édition ENS, 2004, p. 195-205 ; N. Mosconi en collaboration avec F. Hatchuel et S. Broccholichi : « Rituels et différenciation », Une séance de cours ordinaire. « Mélanie tiens passe au tableau… », C. Blanchard-Laville dir., Paris, L’Harmattan, 2003, p. 117-147.

11 Emprunt à Pierre Bourdieu, La Domination masculine, Paris, Le Seuil, 1998.

12 Marisa Zavalloni, « Penser le genre avec l’ego-écologie. Les hommes et les femmes : un exemple de l’interaction entre l’identité personnelle et collective », in Anne-marie Costalat-Founeau (dir.), Identité sociale et ego-écologie, théorie et pratique, Sides édition, 2005, p. 21-47.

13 Blanche Neige : figure emblématique du personnage féminin figé dans l’attente, les tâches domestiques et le soin des autres.

14 S.A.L.E : Association créée par Hermione pour la défense des droits des elfes de maison et à laquelle sont tenu-e-s d’adhérer ses ami-e-s qui petit à petit vont ainsi développer une conscience politique fondée sur l’empathie.

15 H.P. La coupe de feu, op. cit., p. 339

16 Notons que cette dimension novatrice est totalement occultée à l’écran. Une héroïne qui fait de la politique au cinéma, ce n’est visiblement pas politiquement correct !

17 Attaque à Ithaque, Yvan Pommaux, Bayard Jeunesse, 2007. Vol. 3. Dans une sorte d’oxymore visuel, le père coupe les cheveux longs de sa fille et lui offre des boucles d’oreille.

18 The Hunger Games, (2009 pour le 1er tome de la trilogie), Suzanne Collins, Pocket Jeunesse, adapté au cinéma en 2012 par Gary Ross.

19 Rebelle, titre original : Brave, Mark Andrews, Brenda Chapman. Pixar Animation Studios, 2012.

20 Avatar, James Cameron. 20th Century Fox, 2009.

21 Association empruntée à Judith Butler, Excitable Speech, a politics of the performative, Routledge, New-York, 1997.

22 H.P., A l’école des sorciers, op. cit., p. 90

23 « On le sait, la magie est d’essence virile, autrement dit, pour J.K. Rowling, puérile. » I. Cani, Harry Potter ou l’anti-Peter Pan, Paris, Fayard, 2007, p. 253.

24 H.P. La chambre des secrets, op. cit., p. 267.

25 Lire le plaidoyer pour sauver l’hippogriffe dans le tome 3.

26 Voir la liste des formules magiques classées par ordre alphabétique sur le site : www.poudlard.fr.

27 Il est symptomatique qu’en cohérence avec les remarques précédentes sur les choix de l’adaptation cinématographique, la fin écrite par J.K. Rowling soit travestie en un duel, on ne peut plus conventionnel, entre deux escrimeurs se battant comme des cow-boys dans un western… des cow-boys virils, ça va de soi, n’obéissant qu’au seul impératif : que le plus fort gagne ! À ce titre, si traduire c’est trahir, l’adaptation filmique est un contresens par rapport au discours genré du livre.

28 Expression empruntée à Françoise Héritier, Masculin, féminin II : dissoudre la hiérarchie, Odile Jacob, Paris, 2002.

29 Edgar Morin, L’esprit du temps, Essai sur la culture de masses, Grasset, 1962.

30 Paul Ricœur, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique II, Le Seuil, 1986, p. 114.

Auteurs

Université Stendhal, Grenoble 3

ESPE, Université Lyon 1

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search