Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au xxie siècle

 | 
Gilles Béhotéguy
, 
Christiane Connan-Pintando
, 
Gersende Plissonneau

Sur le chemin du roman miroir

L’indicible en littérature de jeunesse contemporaine : comment dire par un langage secret la famille, la solitude et la peur ?

Marie-José Fourtanier et Marine Grosbois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’historien du droit et psychanalyste Pierre Legendre écrit dans La Fabrique de l’homme occidental : « Indéfiniment les générations apprennent que la parole a pour décor l’indicible et, que pour être habitable, le monde doit être mis en scène avec des mots1. » Alexis, Rose et Eli, les narrateurs enfants des trois récits que nous nous proposons d’étudier incarnent ce paradoxe : avoir conscience que dire est à la fois une contrainte, voire une impossibilité, et une nécessité pour pouvoir exister et habiter le monde. La notion même d’indicible pointe donc davantage le rapport au langage que les souffrances affectives et/ou sociales que peuvent subir les enfants des univers fictionnels analysés. Bien des œuvres romanesques, bien des albums pour la jeunesse mettent en scène des sujets particulièrement douloureux, la maladie et la mort, les exactions de tous ordres et même les génocides. Dans les trois romans retenus2, les écrivains ont choisi de montrer les difficultés à dire les émotion...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540