Version classiqueVersion mobile

Idéologie(s) et roman pour la jeunesse au xxie siècle

 | 
Gilles Béhotéguy
, 
Christiane Connan-Pintando
, 
Gersende Plissonneau

Prologue

L’enfance comme enjeu idéologique

Francis Marcoin

Texte intégral

  • 1 Dans une bibliographie abondante, nous renvoyons à Anne Herschberg-Pierrot, « Roland Barthes, la b (...)

1Si la notion d’idéologie a pris une coloration négative dans un champ dominé par la peur de la « bêtise » ou de la « doxa » auxquelles Flaubert puis Barthes nous ont rendus sensibles1, elle est à peu près contemporaine de la notion moderne d’enfance issue des Lumières et à laquelle la naissance de la librairie de jeunesse est étroitement associée. Une telle conjonction nous paraît suffisamment forte pour autoriser un retour en arrière à l’orée d’un ouvrage portant sur la période ultra-contemporaine.

Une société éducatrice

  • 2 Didot, 1800.

2Il semble acquis que le mot « idéologie » a été avancé pour la première fois le 20 juin 1796 par Antoine Destutt de Tracy dans un discours devant la classe des sciences morales et politiques de l’Institut national dont il était membre associé, et qui sera publié en 1798 sous le titre de Mémoire sur la faculté de penser. Il s’agissait pour lui de trouver une manière de désigner la « science des idées », qu’il voulait distinguer à la fois de la métaphysique et de la psychologie. Dans la préface de son Projet d’éléments d’idéologie2, Destutt indiquera que l’idéologie, en tant qu’elle s’occupe de la faculté naturelle de l’homme à penser, est une partie de la zoologie.

  • 3 Par le cit. D. T.***, A. Paris : H. Agasse, an VI.
  • 4 Vve Panckoucke, an IX.

3Le rapprochement est significatif, car si cette faculté de penser peut être entretenue et développée comme tout être vivant, elle peut être également cultivée comme une plante, la botanique figure comme discipline d’appui aux côtés de la zoologie. C’est dans cette perspective qu’est envisagé le caractère éducable de l’espèce humaine et donc du peuple ou des enfants. Ainsi Destutt se pose la question Quels sont les moyens de fonder la morale chez un peuple3 ? Il propose aussi des Observations sur le système actuel d’instruction publique4, dans l’Avertissement duquel il écrit que « tout projet d’établissement d’instruction publique devrait donc être accompagné de la collection des ouvrages élémentaires destinés à servir de textes à chacun de ses cours ».

  • 5 Cf Pierre Macherey, « Idéologie, le mot, l’idée, la chose », qui étudie la péjorisation de l’idéol (...)
  • 6 « Révolution française », dans Histoire des idées linguistiques, V. 3, sous la direction de Sylvai (...)
  • 7 Brigitte Schlieben-Lange, Idéologie, révolution et uniformité de la langue, Mardaga, 1996.
  • 8 Yves Citton et Lise Dumasy (dir.), Le Moment idéologique. Entre émergence de la Littérature et con (...)

4On sait à quel point cette recherche d’ouvrages élémentaires a occupé les esprits républicains, mais l’essentiel du propos de Destutt porte sur l’école destinée aux « classes savantes », et il se réfère particulièrement à la loi du 3 Brumaire an IV (1795, dite loi Daunou), qui instituait des écoles centrales dans chaque département pour remplacer les collèges d’Ancien Régime. Comme le remarque Pierre Macherey, l’Idéologie (avec une majuscule) présente déjà un caractère idéologique au sens où nous l’entendons aujourd’hui dans la mesure où, « au-delà de sa portée strictement cognitive, elle était destinée à devenir un moyen d’inculcation5 ». Après Thermidor, « l’orientation pédagogique vers un avenir heureux et républicain » est le moteur des Idéologues, selon Brigitte Schlieben-Lang, qui souligne à quel point « les mesures en vue de l’uniformisation de la langue, de l’espace et du temps sont ressenties comme appartenant à un même programme général », selon les modèles des mathématiques et des sciences naturelles : géométrie, chimie, physique6. Cette orientation pédagogique implique une démarche qui rend élémentaire et explicite tout ce qui était dispersé, obscur, difficile7. On peut parler d’un « moment idéologique8 », moment qui n’est pas d’une grande clarté pour nous, car la notion même de Littérature y est entremêlée avec la démarche scientifique et avec la démarche morale, mais ce moment, particulièrement attaché à l’éducation, est bien celui de l’enfance et du dilemme entre littérature et science de l’enfance.

  • 9 François Genton, article « Berquin », Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, en ligne.

5Tout ceci n’aurait de lien qu’avec l’instruction publique et non avec la librairie de jeunesse si Destutt et les Idéologues ne se mouvaient dans un milieu où l’on retrouve des acteurs majeurs de cette librairie. Destutt fréquentait le cercle d’Auteuil de Mme Helvétius, l’épouse du philosophe et fermier général, cercle qui se trouvait lui-même en contiguïté avec d’autres sociétés, dont la Loge maçonnique des Neuf sœurs, créée en 1776 par la même Mme Helvétius, en compagnie de l’astronome et mathématicien Laplace. Cette loge a compté beaucoup de grands esprits se réclamant des neuf muses filles de Mnémosyne : Voltaire, mais aussi Franklin, figure inspiratrice de l’éducation populaire, le paléontologue Cuvier, le fabuliste Florian, et Jean-François Marmontel, l’initiateur du conte moral, figure par excellence du pédagogue et du conciliateur. Parmi eux, et relevant plus spécifiquement du domaine qui nous intéresse, Arnaud Berquin, rédacteur de l’Ami des enfans9, et Nicolas François de Neufchateau, qui a été un temps ministre de l’intérieur chargé de l’instruction publique, poète, académicien, auteur de l’Institution des enfans ou Conseils d’un père à son fils, imités des vers latins de Muret (1798).

6Cette appartenance commune ne signifie pas qu’un parti structuré se soit constitué, mais elle souligne des proximités de pensée qui permettent de resituer la démarche de ces auteurs. Elle signale également l’importance du substrat franc-maçon dans la naissance de ce qui n’est pas encore présenté comme une littérature mais plutôt comme une production relevant de ce que nous désignerions aujourd’hui comme science de l’homme.

  • 10 Paris, Rapilly Libraire, 1829, p. 95.

7Dans le Précis historique de l’ordre de la Franc-Maçonnerie depuis son introduction…, Jean Claude Besuchet de Saunois, écrit : « la franc-maçonnerie a été créée pour l’enseignement populaire, élémentaire, mutuel de la morale10 ». Il évoque une fête philanthropique où l’on célèbre l’enseignement mutuel, où l’on donne des prix de vertu genre Montyon, et où l’écrivain Bouilly a tenu un rôle important :

M. Bouilly, chargé de porter la parole aux mères de famille, a prononcé un discours touchant, plein d’une aimable et douce philosophie, sur les devoirs des mères envers leurs enfants, et sur les heureux effets de l’instruction primitive qu’elles donnent à leur jeune famille.

  • 11 Voir J-X Carré de Busserolle, Bouilly (Jean-Nicolas), « Biographies tourangelles », Tours, imprime (...)

8Nicolas Bouilly, qui s’est posé comme successeur de Berquin, a occupé une position éminente dans la Franc-maçonnerie en tant que représentant particulier du grand maître de l’ordre maçonnique en France (il fait partie de la Loge des frères artistes créée en 1797). Dans les Contes à ma fille, en 1811, il est présenté comme membre de la Société philotechnique, de la Société académique des enfans d’Apollon (considérée comme para-maçonnique), et de celle des sciences et Arts de Tours. Considéré comme un homme particulièrement aimable, ce fut aussi un opportuniste qui participa à la Terreur, fut bonapartiste puis légitimiste11. Mais il fut réellement et constamment intéressé par les questions d’éducation. Une de ses pièces, L’Abbé de l’Épée, comédie historique représentée le 13 frimaire an VIII, est dédiée à Hubert Vincent de Paul Bourguin, professeur émérite de philosophie, qui fut son instituteur, et qu’il compare avec le créateur du langage des signes : « D’un jeune sourd-muet de naissance, condamné à ne faire nombre que parmi les animaux, de l’Épée fit un être intéressant, un homme utile à la société […] Instruit par vous dès ma plus tendre enfance […] j’ai percé l’ombre qui m’environnait de toutes parts. »

9Cette phrase, qui s’inscrit de manière presque outrancière dans l’imagerie des Lumières, est significative : l’abbé de l’Épée, qui a appris à lire aux sourds-muets, tient une place essentielle dans le projet d’une société éducatrice, où l’enfance se définit d’abord par son caractère éducable. L’instruction des sourds muets apparaît comme un modèle pouvant inspirer tout instituteur, comme le montrera encore la publication diffusée par Hachette entre 1838 et 1845, L’Ami des sourds-muets, journal de leurs parents et de leurs instituteurs, utile à toutes les personnes qui s’occupent d’éducation, rédigé par Joseph Piroux, membre de toutes sortes de sociétés et surtout fondateur d’une école pour les sourds-muets à Nancy.

10Dans cette éducation d’un enfant réceptif à la raison, le langage tient un rôle essentiel. Ce n’est pas un hasard si Destutt de Tracy était un grammairien, et la Grammaire générale est au centre de son propos : comme la morale, cette grammaire tend à être naturelle et universelle, en dépit de la diversité des langues. Et bien que l’esprit critique et la liberté de penser soient valorisés, les idées ne se discutent donc pas vraiment, elles s’imposent par la sensation de leur évidence, comme on le voit chez Berquin, où l’enfant est immédiatement éclairé, illuminé par les raisonnements qu’on lui propose lorsqu’il fait une erreur ou commet une bêtise. L’essentiel est le cheminement, l’apprentissage, et les idéologues se passionneront également pour l’enfant sauvage qui apparaît dans le département de l’Aveyron en 1800 et qui constitue un cas d’école, tout comme les sourds-muets.

  • 12 L’Ami des Enfans, volume 6, no 11 et 12.

11Ces effets de la raison renvoient à la philosophie sensualiste et empirique de Condillac dont les Idéologues ont été très proches sans forcément adhérer à toutes ses idées, et qui insiste, au moins dans la vulgate qui en est retenue, sur la force des impressions. En un sens, écrire pour la jeunesse c’est l’impressionner, et Berquin envisage tout récit comme un dispositif produisant un effet. On pourrait dire la même chose d’un grand pan de la littérature pour la jeunesse dès lors qu’elle ambitionne de se distinguer d’un simple délassement. Mais chez Berquin, le moteur du récit est la production de cet effet lui-même, ce qui en fait un récit de la pédagogie bien plus qu’un récit pédagogique. Notons qu’il cite Condillac parmi d’autres grands esprits dans un texte des plus intéressants, « Le Trictrac », qui est un entretien sur l’art de raisonner, de discuter et de penser12. L’enfant de Berquin, être sensible et sensible à la raison, est très proche de celui de Condillac, que son Cours d’études suppose capable de raisonner très jeune dans et par le langage.

12Par l’entremise d’une statue animée, Condillac décrit dans le Traité des Sensations l’éveil de la conscience. Tel un nouveau-né la statue s’ouvre sur le monde. Rien n’est inscrit dans son âme, elle a tout à apprendre, et sa complexité mentale se forge à partir de ses premières impressions. Un tel propos est gouverné par l’optimisme, et d’une certaine manière le ressort idéologique de la littérature de jeunesse, ce qui constitue son fil rouge jusqu’à aujourd’hui, est cet optimisme qui présuppose que cela vaut la peine, qu’il y a quelque chose à tirer d’un récit qu’on adresse aux plus jeunes, que l’on se propose de lui faire accepter la norme ou de se révolter. La différence tient souvent dans le cheminement, dans la part d’obscurité que l’on accepte et que les Idéologues récusent, d’où sans doute le discrédit qui va s’attacher à l’idéologie.

  • 13 Jean Sgard, Jean-François Marmontel, De Bussac, Clermont-Ferrand, 1970, p. 233.
  • 14 Voir Anne Verjus, Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révoluti (...)

13Cet optimisme est fondé sur l’unanimité, la liberté et le mode d’être bourgeois, traits que l’on trouvait déjà chez Marmontel, dont le conte moral est un petit drame qui finit bien13. S’il ne le destine pas aux enfants, Marmontel, avec ce conte moral, montre la voie à la librairie de jeunesse qui va s’ouvrir avec ce genre mais aussi avec l’idéologie qu’il sert. Dans un conte de 1761, « Le bon mari », une jeune aristocrate se rallie aux valeurs de la bourgeoisie de robe14, et dans un de ses romans dits « idéologiques », Les Incas ou la Destruction de l’Empire du Pérou (1777), qui fut donné à lire à la jeunesse chez Mame, « revu par une société d’ecclésiastiques », il dénonce l’esclavage.

  • 15 L’Ami des Enfans no 4, avril 1783, p. 133.

14Cette liberté est au centre de la réflexion de Berquin. Une de ses histoires les plus célèbres, « Le nid de fauvette »15, en est l’illustration : le jeune Symphorien vient tout essoufflé annoncer à sa mère, Mme de Bléville, qu’il a attrapé une fauvette pour la mettre en cage et qu’il s’occupera de nourrir ses petits. « Je suis fâchée que tu n’en aies pas le temps », lui dit sa mère, qui lui annonce que les soldats vont venir le prendre : le roi vient en effet de faire arrêter son père, ils seront enfermés dans une petite loge où ils ne manqueront de rien mais dont ils n’auront pas le droit de sortir. « Eh bien, mon fils, qu’as-tu donc ? est-ce un malheur si terrible d’être renfermé, quand on a toutes les nécessités de la vie ? » Elle lui explique donc que le roi n’a fait qu’agir comme lui avec la fauvette, que Symphorien, qui comprend immédiatement la leçon, va relâcher sans tarder.

  • 16 Lire et raisonner, Toulouse, Privat, 1984.
  • 17 P. 102 de l’édition parue à Lausanne, chez Durand, en 1793.

15Berquin reviendra sur cette question dans « Les Oies sauvages », un entretien qui reprend la substance de la fable de La Fontaine « Le loup et le chien », mais le texte du « Nid de fauvette » ne s’arrête pas là car la mère explique sa démarche : « rassure-toi mon fils, je viens de te faire là un petit conte pour t’éprouver », avant de lui réciter une petite pièce de vers de son ami. Nous sommes dans l’esprit de ce que Jacques Fijalkow, à la suite de John Downing, nomme « clarté cognitive16 », pour développer l’idée que l’enfant apprend d’autant mieux qu’il est conscient de la situation d’apprentissage et de ses enjeux. Chez Berquin, la mère ou le père ne se contente pas d’user de la fable mais en donne le mode d’usage. Berquin systématisera le procédé dans Le livre de famille ou Journal des enfans, contenant des historiettes (1792). Dans un des récits, significativement intitulé « Liberté, volonté », une mère persuade sa fille de soigner ses fleurs plutôt que de jouer avec sa poupée, et avant que Pauline ne s’y mette, elle l’arrête : « Mais attends encore un moment, Pauline. Il faut d’abord que tu remarques avec moi ce que nous venons de faire […] : Ne venons-nous pas de raisonner sur ta poupée et sur ton jardin17 ? » La petite fille est donc initiée à l’acte éducatif, qui passe par un récit se regardant lui-même comme récit, dans une perspective que l’on peut comparer à la méthode brechtienne et qui se place sous le signe de la liberté. Ce mot sera celui de la fin : « Eh bien Pauline, ce pouvoir qu’a notre âme de se décider à son choix entre deux ou plusieurs partis à suivre, se nomme liberté ; & l’opération par laquelle notre âme se décide à suivre l’un de préférence, se nomme volonté » (p. 104). La première de couverture reproduit, sous le titre, l’échange suivant, qui annonce le programme :

Pauline. Ah ! maman, aidez-moi à réfléchir, je vous en prie.
Mme de Verteuil. C’est le principal objet de tous nos entretiens.

  • 18 Citons, parmi bien d’autres, Jean le dénicheur, ou misère et richesse, livre de lecture courante, (...)

16La petite pièce qu’est « Le nid de fauvette », eut beaucoup de succès ; elle peut être vue comme un exemple de mièvrerie berquinienne, de « berquinade ». En fait elle illustre la manière aimable et simple de faire comprendre une question plus importante qui renvoie à la liberté mais aussi à la question animale qui est aujourd’hui d’actualité et qui a toujours occupé une grande place dans les livres pour la jeunesse18.

  • 19 Anecdote souvent citée par ses biographes, dont Henri Wertz, Opuscules maçonniques : 1863-1864 Du (...)

17Dans son ouvrage autobiographique Mes récapitulations, Bouilly reprendra cette anecdote qu’il présente comme véridique, l’ayant vécue lui-même et la retenant comme « la plus vive impression de mon enfance ». Il la rend plus dramatique également puisque, âgé de dix ans, il aurait attrapé une fauvette et ses petits, et que la mère aurait fracassé le crâne de ses enfants avant de mourir elle-même, donnant ainsi une leçon de liberté énoncée par son beau-père : « Cette mère, qui t’offre l’image de la plus atroce barbarie, m’offre à moi celle de l’héroïsme que produit l’horreur de l’esclavage. » (p. 7)19.

Liberté de penser et perfectibilité de l’espèce humaine

  • 20 Voir Renée Balibar, L’Institution du français. Essai sur le colinguisme, PUF, 1985.
  • 21 Cf Mona Scheuermann, Social Protest in the Eighteenth Century English Novel, Ohio State University (...)

18Cette liberté est liée à la circulation des idées et des écrits, Berquin étant d’abord un journaliste ou un publiciste, engagé dans un système européen de communication20 qui lui fait traduire un certain nombre d’auteurs, dont Felix Weisse ou Joachim Campe, adepte de la révolution française et qui sera fait citoyen français en 1792. Il traduit, ou plutôt réécrit The History of Sandford and Merton, a Work intended for the use of children (1783-1789) de Thomas Day, qui est une critique de l’éducation aristocratique puisque le jeune Merton, âgé de six ans, dont le naturel a été gâté à la Jamaïque par l’obéissance absolue des esclaves à ses moindres désirs, sera provisoirement retiré de sa famille pour suivre l’exemple de Sandford, fils d’un agriculteur aisé, qui au même âge développe déjà toutes les qualités physiques et morales. Cette rééducation d’un aristocrate devient le motif idéologique en vogue, comme le montre le conte de Marmontel évoqué plus haut, mais aussi The Fool of quality or, The History of Henry, Earl of Moreland (1765-70, traduit en 1789 par Griffet de la Beaume sous le titre Le Sot de qualité), un roman « picaresque » et sentimental de l’écrivain irlandais Henry Brooke, lui-même inspiré par Rousseau21. Pensons, au xxe siècle, à Rudyard Kipling et à Capitaines courageux, où le fils d’un riche Américain apprend la vie auprès des pêcheurs de baleines.

19On peut donc être surpris du succès rencontré par Napoléon Bonaparte lorsqu’il entreprend de discréditer le terme d’idéologue, suivi plus tard par Karl Marx. Et s’il y a une sorte d’alliance initiale entre la liberté de penser et l’écriture pour l’enfance, cette alliance sera vite dénoncée et brisée. Ainsi la traduction de Campe par Berquin sera critiquée comme étant plutôt une adaptation, par l’abbé J.-D. Grandmottet dans son introduction au tome 1 de la Petite Bibliothèque des Enfans de Campe (La Haye, J. van Cleef, 1802). Selon lui, Berquin « r’habilla, à sa manière, la plupart des morceaux de la Bibliothèque de M. Campe », rhabillement qui serait plus à la mode et plus élégant, mais surtout plus « philosophique » :

Il y a un grand défaut dans l’Ami des Enfans qui est un véritable vice dans la morale de ce livre. Les exemples où l’inférieur a droit contre son supérieur […] sont trop fréquents alors que M. Campe présume partout en faveur de l’autorité. […] La Bibliothèque des enfans pourrait à juste titre porter le titre de Bibliothèque des pères et mères, des maîtres et des supérieurs.

20Effectivement, le premier texte du volume, « Combien l’obéissance est nécessaire », est tout à fait emblématique, Campe se contentant d’un récit sans dramatisation, où le précepte tient une place presque exclusive. Il ressort de cela le constat d’une ambiguïté dans la réception actuelle de Berquin, confondu dans la masse des moralistes à la fois mièvres et conventionnels, ambiguïté qui n’avait certainement pas cours à l’époque.

  • 22 Selectae e profanis scriptoribus historiae. Quibus admista sunt varia honeste vivendi praecepta ex (...)

21Grandmottet est assez représentatif du moment napoléonien, marqué par un Code civil qui redonne de l’autorité au père. La réaction catholique ne cessera d’amplifier cette critique. Ainsi l’abbé Jean-Joseph Gaume, dans Le Ver rongeur des sociétés modernes, ou le paganisme dans l’éducation (Gaume frères, 1851), s’en prendra jusqu’aux « classiques moraux », composés « Pour que la jeunesse elle-même, suivant le précepte d’Érasme, pût devenir plus vertueuse en lisant, non l’Écriture ou les ouvrages des Pères, mais les maîtres du paganisme (p. 144). Comme « chef-d’œuvre du genre », il cite le Selectae e profanis22

où l’on présente les païens comme des modèles achevés des quatre vertus cardinales : la prudence, la justice, la force, la tempérance. Or, ces modèles ne se confessaient pas, ne communiaient pas, n’allaient pas à la messe, n’étaient pas chrétiens. Donc le christianisme, avec ses obligations gênantes pour les passions, n’est pas nécessaire pour être vertueux : telle est aux yeux de l’enfant la conséquence inévitable d’un pareil enseignement. Qu’il en soit ainsi et que celte conséquence soit devenue un axiome dans la pratique de la vie, jamais la preuve n’en fut plus frappante qu’aujourd’hui. Quelle est la philosophie dominante de l’époque ? N’est-ce pas l’éclectisme, le rationalisme ? (p. 144-145).

22Et il s’en prend à la philosophie « qui enseigne que le monde a vu une foule d’hommes célèbres par la vertu et que la philosophie seule a formés », parmi lesquels Condorcet, Destutt de Tracy, Cabanis :

Fénelon conduit à la même conséquence, en donnant à Télémaque tous les sentiments et toutes les vertus que le christianisme seul peut inspirer [et] le même principe nous a valu une nuée d’autres ouvrages, ceux de Berquin en particulier, où l’on apprend aux enfants l’art d’être vertueux sans religion ; où les sentiments naturels, les avantages humains tiennent lieu des sacrements, des préceptes, des promesses et des menaces de la foi (p. 145-146).

23Comme on le sait, les éditeurs catholiques, ou plutôt qui se mettent au service du catholicisme, vont œuvrer contre cette philosophie, la maison Gaume s’illustrant elle-même dans le roman historique religieux qui mêle mysticisme et religion, et s’inscrivant paradoxalement dans une perspective romantique où l’habitus bourgeois sera déconsidéré. De l’autre côté, l’Académie entame un processus qui voit se figer les idées « avancées », le prix Montyon figurant comme le signe institutionnel, déclamatoire, de cette dégradation à laquelle s’en prendra Baudelaire dont son article devenu célèbre contre l’art utile. Flaubert, dans Bouvard et Pécuchet, déconstruit un modèle encyclopédiste qui a du reste renoncé à la simplification et se caractérise par une excroissance qui fascine autant qu’elle suscite la raillerie. Une des cibles de Flaubert est l’éducation ou l’éducabilité, et ses deux copistes vont mener leur expérience pédagogique inspirée du sensualisme de Condillac auprès de deux enfants significativement appelés Victor et Victorine, deux sauvages auprès desquels ils échoueront, bien entendu.

  • 23 Voir Robert-Marie Reboul, Louis François Jauffret : sa vie et ses œuvres, Paris : J. Baur & Détail (...)
  • 24 Dans Le Tribut de la société nationale des Neuf sœurs, l’abbé Sicard fait un compte rendu élogieux (...)

24Victor, l’enfant sauvage de l’Aveyron, est en quelque sorte l’objet fétiche de ce moment idéologique auquel appartient la Société des Observateurs de l’Homme (1800-1805), dont un des fondateurs, l’abbé Sicard, est le continuateur de l’œuvre de l’abbé de l’Épée, et où figurent encore Destutt de Tracy, Jussieu, Cuvier. Un des autres fondateurs de cette société, Louis François Jauffret, encore un membre de la Société nationale des Neuf sœurs23, journaliste partisan d’une république modérée, se pose lui aussi comme le continuateur de Berquin, dont il donne une édition très soignée chez Le Clère, éditeur catholique, ce qui témoigne de la complexité des démarches des uns et des autres. Comme Berquin, Jauffret ambitionne d’être un ami des enfants24 et recourt à la parution périodique avec le Courrier des enfans et le Courrier des adolescens, mais aussi les Voyages de Rolando dont il annonce la parution dans l’organe des Idéologues, La Décade philosophique, littéraire et politique par une Société de gens de lettres (An VIII, Volume 1). Un des frères de Jauffret fut directeur de l’institution impériale des sourds-muets de Saint-Pétersbourg, et dans les Mémoires, Volumes 3 à 4 de l’Académie des sciences, lettres et beaux-arts de Marseille (1804), on évoque sa lecture d’une notice sur l’enfance du jeune Massien, sourd et muet de naissance, auquel Sicard a consacré un livre, Cours d’instruction d’un sourd-muet de naissance et qui peut être utile à l’éducation de ceux qui entendent et qui parlent (Le Clère, 1803).

  • 25 M. Bouteiller, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Volume 7, no 7-5-6, 1 (...)

25Une des questions fondatrices de cette société considérée comme l’ancêtre de la Société d’anthropologie de Paris25, est la perfectibilité de l’espèce au travers de l’éducation. En 1791, la deuxième édition des Charmes de l’enfance et les plaisirs de l’amour maternel de Jauffret (chez Moutard) porte comme épigraphe tirée de Thomson : « La fleur humaine croît par degrés, et s’épanouissant doucement, découvre chaque jour quelques nouveaux charmes, où se trouvent la noblesse du père et les agréments de la mère ». En 1800, lorsque les frégates « Le Géographe » et « Le Naturaliste » quittent Le Havre pour l’Australie et la Tasmanie, une de leurs missions est d’étudier les peuples sauvages. Cuvier et Gérando ont rédigé à cet effet des instructions qui fondent en quelque sorte la démarche anthropologique. Simultanément, et sans attendre les résultats de cette expédition, Jauffret lance ses Voyages de Rolando et de ses compagnons de fortune, autour du monde, ouvrage propre aux jeunes gens pour leur donner une idée de la géographie et de l’histoire naturelle de chaque région, en 24 livraisons formant six volumes, ouvrage inachevé qui inspirera une multitude de voyages de jeunes gens (notamment Depping, Voyages d’un étudiant dans les cinq parties du monde) et qui sera traduit en anglais par Miss Aikin, laquelle, dans son titre, précisera qu’il s’agit d’un voyage imaginé (supposed tour) contenant des descriptions authentiques.

Retours au sauvage

26On ne saurait trouver sujet plus clivant entre cette époque et la nôtre que celui de l’enfant sauvage, rendu populaire par l’ouvrage de Lucien Malson, Les Enfants sauvages. Mythe et réalité (10/18, 1964) puis par le film de Truffaut, L’Enfant sauvage (1970), même si l’Histoire nous livre quelques textes déjà contestataires en apparence, dont le premier roman-feuilleton pour la jeunesse, paru dans le Journal des enfans et connu aujourd’hui sous le titre Les Mésaventures de Jean-Paul Choppart, de Desnoyers, qui montre un jeune fils de bourgeois ravalé provisoirement à l’état de bête de cirque. Ce récit sera édité par Aubert, chez qui l’on trouvera aussi en 1843 Les Jeunes Insulaires, ou les Nouveaux Robinsons, Histoire du siècle dernier, imité de l’Anglais, d’Ortaire Fournier, un Franc-Maçon qui, lui, va jusqu’à l’ensauvagement total, à l’animalisation d’un collège de jeunes Anglais. En fait il s’agit de montrer les conséquences d’un laisser-aller et de mettre en garde contre cette bestialité toujours menaçante quand l’effort éducatif se relâche. O. Fournier a par contraste publié une robinsonnade positive, Le Paradis terrestre, ou la famille exilée (Lavigne, 1842).

27Le traité de Lucien Malson et le film de Georges Truffaut, qui traitent de l’éducation, paraissent paradoxalement à une époque qui a remis en question le caractère coercitif de toute éducation et la supériorité supposée du « civilisé » sur le « sauvage », le loup devenant par exemple l’emblème de ce nouveau regard sur l’occupation du monde. C’est à ce moment aussi que Michel Tournier fait paraître Vendredi ou la vie sauvage, et l’on sait que la robinsonnade est un support idéal pour la mise en intrigue d’un corpus idéologique.

28On ne compte plus les romans qui vont faire profession de réhabiliter le loup, parmi lesquels L’œil du loup de Daniel Pennac (1984), qui associe deux sauvages blessés par la vie, un loup emprisonné dans un zoo et un garçon nommé Afrique. Dans Le Huitième loup (Syros, 2002), Maryse Lamigeon campe quant à elle un explorateur qui suit une portée de louveteaux au milieu de laquelle vit une petite fille de cinq ans et qui renoncera à la ramener à la civilisation.

  • 26 XO éditions, 2011.

29Plus récemment, un livre a particulièrement marqué les esprits, Misha : a mémoire of the Holocauste years, traduit chez Robert Laffont en 1997 sous le titre Survivre avec les loups. De la Belgique à l’Ukraine, une enfant juive à travers l’Europe nazie, 1941-1944, et réédité en Pocket « jeunes adultes », série « Témoignage », en 2004. On découvrira bientôt que l’auteur, Misha Defonsaca, s’est inventé une fausse biographie en racontant comment, fillette juive de 8 ans, elle aurait entrepris de retrouver ses parents déportés et traversé la Belgique, l’Allemagne, la Pologne, endurant le froid et la faim, et apprenant à survivre grâce aux loups. Cette affabulation, dont Lionel Leroy a très bien restitué les ressorts psychologiques profonds dans Survivre avec les loups, la véritable histoire de Misha Defonsaca26, a pu connaître le succès parce qu’elle rencontrait bien un corps d’idées largement construit sur ce que l’on peut considérer comme un ensemble de fictions idéologiques. Mais d’une certaine façon, elle retrouve les fondamentaux des Idéologues, intéressés également par l’intelligence animale. Il faut noter que l’auteur des Jeunes Insulaires, Ortaire Fournier, que l’on peut définir comme une sorte de continuateur des Idéologues, a publié Les Animaux historiques, suivi des Lettres sur l’intelligence des animaux de C. G. Leroy (Carrier, 1845), des lettres originellement présentées comme « philosophiques ».

30Cependant, alors que la pensée des Idéologues va vers la recherche de l’unanimisme, il s’agit désormais de mettre en avant la singularité, la différence, celle du sauvage, celle de l’infirme, et de manière presque inévitable on renoue avec le personnage du sourd, toujours menacé par une solitude qu’il n’est pas sans revendiquer. Dans Le Transfo de Sylvie Deshors (Thierry Magnier, 2003), un adolescent, Bô, atteint de surdité, parvient à mener une vie sociale à peu près normale grâce à une prothèse auditive, mais il aime s’isoler sur le toit du « transfo », où il découvre un jour une jeune fille lassée d’être la cible d’une bande de garçons qui la présentent comme une « pute ». Comme l’indique le résumé du livre sur le site « Ricochet », « unissant leurs différences, ils s’éloignent loin de la ville et trouveront ensemble la force d’affronter le monde ». De son côté, Janine Tesson, dans Ecoute mon cœur (Syros, 2005) propose deux récits en parallèle. Dans le premier, situé de nos jours, le vieux Paulou vend sa maison, bâtie à côté d’une autoroute bruyante, à une famille de sourds qui s’en trouve ravie. Il sympathise avec le petit Antoine qui lui apprend la langue des signes. Une inondation met en péril la maison et ses habitants, mais la famille s’en sort, sauve le troupeau de taureaux et se fait accepter par le village qui comprend que sourd ne veut pas dire idiot. Dans le second, situé au xixe siècle, le petit Jean part à Paris dans un institut novateur qui développe la langue des signes. Mais les temps changent : les « oralistes » qui veulent faire parler les sourds triomphent, les parents de son amoureuse le refusent. Désespéré, Jean se suicide dans son village natal, qui s’avère être celui de Paulou. Toujours selon le site Ricochet, « le thème du respect de l’autre et de sa différence, ses particularités est au cœur de l’œuvre de Janine Teisson : la surdité est en effet toujours plus ou moins taboue, et notre siècle n’est pas si loin de l’intolérance du xixe ».

31Cet ouvrage semble significatif de la persistance, dans la littérature de jeunesse, de la démarche des Idéologues, en fixant au récit une fonction éducative qui a été rejetée par une certaine modernité, selon une histoire littéraire construite par Roland Barthes dans Le Degré zéro de l’écriture. Une coupure épistémologique, que l’on peut dater en 1857, année de parution de Madame Bovary, séparerait une littérature qui se voulait institutrice, incarnée par Balzac (Barthes n’emploie pas ce mot d’instituteur revendiqué par Balzac) et une littérature qui vit de son impossibilité, incarnée par Flaubert et dans son sillage par la modernité critique.

32Dans cette perspective, ce que l’on peut nommer comme « fable », avec la charge idéologique qui est la sienne, n’a plus de validité. La librairie de jeunesse restera longtemps étrangère à cette « modernité » en continuant de promouvoir autant le discours moral que l’aventure, les deux perdantes toutes légitimités au sein de ce que Jean-Paul Sartre désignera dans son Baudelaire (1947) comme « collège restreint » et qui ressortit selon lui d’un modèle aristocratique, l’artiste fondant sa définition sur sa distance avec le bourgeois. Il est intéressant de constater qu’Hector Malot, partisan d’un roman qui traite de questions de droit et de société, mais aussi auteur à succès de romans pour la jeunesse aventureux, moraux et sociaux, s’inscrit au contraire dans la tradition d’une critique de l’aristocratie et ne craint pas de se poser en bourgeois tout en revendiquant une entière liberté de pensée alors que nombre d’auteurs se mettent au service de la cause nationale et colonialiste, qui a contribué à discréditer la posture idéologique.

  • 27 Voir notre article, « Aux origines d’Ibby France », Strenae no 3, 2012.

33Cependant, on ne peut véritablement traiter de littérature pour la jeunesse sans la rattacher à cette mission institutrice qui sera du reste un moment prise en charge par les instituteurs eux-mêmes quand ils développeront après la première guerre mondiale un contre-modèle prolétarien et pacifiste au travers de l’école publique. Ces instituteurs n’hésiteront pas à revendiquer le statut de « Primaires », dans une période où est promue l’approche psychologique d’une enfance définie d’un point de vue scientifique, tout cela retardant le triomphe de cette position aristocratique décrite par Jean-Paul Sartre et qui fera irruption dans notre champ quelques années après 1968. D’une certaine façon, les fondements politiques qui gouvernent l’action culturelle des mouvements d’éducation populaire après la deuxième guerre mondiale réactivent eux-aussi la manière des Idéologues, en posant une fois de plus la question de la paix et de l’universalisme. Dans la lignée de Paul Hazard, qui développait le motif d’une république d’enfants dans Les Livres, les enfants, les hommes, le livre de jeunesse sera vu comme un pont par Jella Lepman, fondatrice d’IBBY (International Board on Books for Young People)27, dans son livre non traduit en français, Die Kinderbucbrücke (1964), et par Erich Kästner, auquel elle avait inspiré en 1949 un livre pacifiste, Die Konferenz der Tiere (La Conférence des animaux).

34En ce sens, le mouvement de 1968 sera terriblement plus ravageur pour ce modèle que pour les pouvoirs en place et aura sans doute pour effet paradoxal de contribuer à la promotion d’un nouvel enfant, libéré de ses maîtres si l’on veut mais nettement plus dépendant de ses affects et de sa part d’ombre. Il verra, du moins dans une majorité de discours d’accompagnement, le triomphe de la ligne artiste et aristocratique, triomphe qui semble cependant en trompe-l’œil car s’il reste bien venu de s’en prendre à la morale et au moralisme, des termes de substitution comme « éthique » tendent bien à situer le livre pour la jeunesse dans le cadre d’une société éducatrice qui ne cesse d’élargir le spectre de l’éducation tout en affectant de le rejeter. Paradoxe d’une société qui est dans le tout-idéologique tout en se méfiant de l’idéologie.

Notes

1 Dans une bibliographie abondante, nous renvoyons à Anne Herschberg-Pierrot, « Roland Barthes, la bêtise et Flaubert », dans Flaubert, l’empire de la bêtise, Nantes, éditions Cécile Default, 2012.

2 Didot, 1800.

3 Par le cit. D. T.***, A. Paris : H. Agasse, an VI.

4 Vve Panckoucke, an IX.

5 Cf Pierre Macherey, « Idéologie, le mot, l’idée, la chose », qui étudie la péjorisation de l’idéologie, de Napoléon au jeune Marx, Methodos, Savoirs et Textes no 8, 2008, en ligne sur revues.org.

6 « Révolution française », dans Histoire des idées linguistiques, V. 3, sous la direction de Sylvain Auroux, Liège, Mardaga, 2000.

7 Brigitte Schlieben-Lange, Idéologie, révolution et uniformité de la langue, Mardaga, 1996.

8 Yves Citton et Lise Dumasy (dir.), Le Moment idéologique. Entre émergence de la Littérature et constitution des sciences de l’homme, Lyon, ENS éditions, 2013.

9 François Genton, article « Berquin », Dictionnaire des journalistes, 1600-1789, en ligne.

10 Paris, Rapilly Libraire, 1829, p. 95.

11 Voir J-X Carré de Busserolle, Bouilly (Jean-Nicolas), « Biographies tourangelles », Tours, imprimerie Delavèze, 1875.

12 L’Ami des Enfans, volume 6, no 11 et 12.

13 Jean Sgard, Jean-François Marmontel, De Bussac, Clermont-Ferrand, 1970, p. 233.

14 Voir Anne Verjus, Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Fayard, 2010.

15 L’Ami des Enfans no 4, avril 1783, p. 133.

16 Lire et raisonner, Toulouse, Privat, 1984.

17 P. 102 de l’édition parue à Lausanne, chez Durand, en 1793.

18 Citons, parmi bien d’autres, Jean le dénicheur, ou misère et richesse, livre de lecture courante, d’Auguste Humbert, Hachette, 1867, primé par la Société protectrice des animaux.

19 Anecdote souvent citée par ses biographes, dont Henri Wertz, Opuscules maçonniques : 1863-1864 Du Frère Henri Wentz, offert aux Loges à l’occasion de la prochaine révision des réglements généraux, Paris, Typographie du Frère Alexandre Lebon, 1864.

20 Voir Renée Balibar, L’Institution du français. Essai sur le colinguisme, PUF, 1985.

21 Cf Mona Scheuermann, Social Protest in the Eighteenth Century English Novel, Ohio State University Press, 1985, chapitre II.

22 Selectae e profanis scriptoribus historiae. Quibus admista sunt varia honeste vivendi praecepta ex iisdem scriptoribus deprompta. Ce célèbre choix d’auteurs anciens simplifiés pour un usage scolaire, dû à Jean Heuzet, professeur de l’université de Paris, paraît pour la première fois chez Jacques Étienne en 1727 et connaît de nombreuses rééditions, y compris par les maisons catholiques comme Périsse, en dépit de la critique de l’abbé Gaume. On le trouve encore chez Hachette ou Colin au début du XXe siècle. Voir la notice « Heuzet Jean », dans Examen critique et complément des dictionnaires historiques les plus répandus… par Antoine-Alexandre Barbier, Paris, chez Rey et Gravier, 1820, p. 441-446.

23 Voir Robert-Marie Reboul, Louis François Jauffret : sa vie et ses œuvres, Paris : J. Baur & Détaille, Marseille : Marius Lebon, E. Camoin, 1869, p. 12.

24 Dans Le Tribut de la société nationale des Neuf sœurs, l’abbé Sicard fait un compte rendu élogieux de ses Charmes de l’enfance, Onfroy et Née de La Rochelle, t. V, p. 213

25 M. Bouteiller, Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, Volume 7, no 7-5-6, 1956, p. 448-465.

26 XO éditions, 2011.

27 Voir notre article, « Aux origines d’Ibby France », Strenae no 3, 2012.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search