Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmission et transgression des formes poétiques régulières

 | 
Éric Benoit

Troisième partie. Croisements franco-japonais 1

Les haï-kaïs de Pierre Albert-Birot : du détour par l’ailleurs à la découverte de soi

Marianne Simon-Oikawa

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On a beaucoup écrit sur le haiku, sur son histoire au Japon comme sur sa diffusion et sa pratique en Occident. Cas rare pour une forme poétique étrangère, le haiku est en effet pratiqué depuis plus d’un siècle par de nombreux poètes du monde entier dans leur propre langue. Il a ainsi pleinement sa place dans l’histoire de la poésie française par exemple. Parmi les noms qui jalonnent l’histoire du haiku en français, on retient généralement ceux des premiers pionniers qui s’y essayèrent dans les années 1900-1910, Paul-Louis Couchoud ou Julien Vocance, et ceux de poètes à l’œuvre nettement plus étoffée qui écrivirent à leur tour des poèmes brefs dans les années 1920 ou 1960, comme Paul Claudel ou Philippe Jacottet.

Il est un nom que l’on ne cite quasiment jamais, c’est celui de Pierre Albert-Birot (1876-1967). Ce silence se comprend assez bien. D’une part parce que les haikus d’Albert-Birot, qu’il appelle « haï-kaïs »1, sont peu nombreux (19 en tout) et furent publiés pendant une périod...

Auteur

Université de Tokyo

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540