Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Transmission et transgression des formes poétiques régulières

 | 
Éric Benoit

Première partie. Suite français 1 (xixe siècle)

« Comme ce sera drôle ! » (Baudelaire)

Valéry Hugotte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Vous contez une histoire drôle ; ils vous regardent avec de gros yeux, d’un air affligé.
Charles Baudelaire, Pauvre Belgique ! (II, p. 850)1
Pour ceux dont le mal est l’idéal, l’opprobre est une auréole.
Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer2

On connaît la célèbre formule de Mon cœur mis à nu : « Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l’une vers Dieu, l’autre vers Satan. L’invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade ; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre » (I, 682). Autant qu’une vérité générale, se dévoile là une structure intime, une contradiction profonde, qui se retrouve constamment chez Baudelaire. C’est ainsi que, dès 1840, afin de « divertir » sa vertueuse belle-sœur Félicité, il compose un sonnet des plus déplacés, où la dégradation de la drôlesse et de la fange réplique à l’élévation de l’ange et du blanc (I, 202). Déjà « la pitié ricane » et « la débauche fait le signe de la croix », comme dira Proust3...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540