Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Septième partie. Abstractions

Paradoxes de la neutralité lyrique dans la poésie objective contemporaine (Anne-Marie Albiach, Emmanuel Hocquard, Claude Royet-Journoud)

Katixa Dolharé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’avais d’abord intitulé ma communication « Paradoxes de la neutralité lyrique dans la poésie objectiviste (Anne-Marie Albiach, Emmanuel Hocquard, Claude Royet-Journoud) », mais il serait peut-être moins imprudent et plus exact, à propos de ces auteurs français contemporains, de parler de « poésie objective », en empruntant la formule de Rimbaud, plutôt que de « poésie objectiviste », dans la mesure où l’adjectif « objectiviste » désigne spécifiquement et avant tout un courant de recherche poétique des États-Unis du début du XXe siècle1. Il n’empêche que les auteurs français de « poésie objective » que je vais évoquer ici ont été très influencés par ces objectivistes américains et que, s’ils n’ont pas formé d’école ou prôné de théorie en-isme, ils sont tout de même très proches de l’objectivisme outre-Atlantique – c’est d’ailleurs en grande partie grâce à eux que cette nouvelle poésie américaine a été connue en France2. Anne-Marie Albiach, Emmanuel Hocquard et Claude Royet-Journoud ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540