Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Sixième partie. Aller de soi…

Dire ou ne pas dire : l’intime chez Stéphane Bouquet

Armelle Leclercq

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Est-ce aujourd’hui la fin d’une certaine poésie « objective » et distanciée ? Si l’on observe les œuvres de la génération de poètes nés dans les années 1960, publiant dès le début des années 2000 et pratiquant le récit poétique (on peut penser à Christophe Lamiot Enos1, Florence Pazzottu, Valérie Rouzeau2, Camille Loivier ou Sophie Loizeau), on s’aperçoit que l’intimité est très présente. La poésie se fait récit de soi exposé dans le monde, récit du monde à travers soi. Le je est mis en scène, sujet, objet, sans être, et heureusement, le tout du poème3.

Chez Stéphane Bouquet, né en 1967, l’exposition publique de l’intime franchit les limites les plus communes en allant de façon répétée sur le terrain sexuel, omniprésent dès le premier recueil, Dans l’année de cet âge4. Certes la sexualité est aussi très présente chez Sophie Loizeau, mais elle se pare d’atours naturels, s’animalise et se végétalise pour s’exprimer. Pas de détours tels chez Stéphane Bouquet.

En fait, c’est ailleurs que ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540