Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Sixième partie. Aller de soi…

Un poème tiré de soi(e) ?

Valéry Hugotte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si je est devenu un autre, le poète n’a la chance de l’incarner qu’à partir du moment où il commence à redevenir lui-même ; la possibilité d’exprimer ce qui le dépasse lui est donnée alors qu’il renaît aussi comme obstacle. C’est le paradoxe et la contradiction fondamentale de l’action poétique.
André Frénaud, « Note sur l’expérience poétique »1

Nous pourrions partir de ce fait biographique-là : Jacques Dupin est né à Privas en 1927, et appartient donc à une génération de poètes pour laquelle le sujet est décidément entré dans une « ère du soupçon ». Tout d’abord, il s’agit de « tenir le pas gagné », de ne rien céder de la dynamique propre à la modernité poétique. Non, plus de « mémoires d’une âme », on n’est plus dupe, le je ne peut ignorer que « je suis l’autre », que « Je est un autre » – ou encore que « l’autre est amont ». Trouver du nouveau ? Baudelaire là aussi a montré la voie, qui revendique « l’impersonnalité volontaire de(s) a poésie » et proclame une véritable désertion de...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540