Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Cinquième partie. Censures, sensures

Du désir des corps à l’amour des mots dans la poésie de Jean Genet : les voies paradoxales du détour

Patrice Bougon

pour Barbara B.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Jean Genet a toujours vécu en prison. Il est donc libre. »
Jean Cocteau, Journal 1939-1945, 23 mars 1943

Évoquer le nom de Jean Genet pour aborder la problématique de l’empêchement en poésie peut paraître incongru, provocateur, voire tout simplement absurde tant cette œuvre, qui a commencé par la publication d’un long poème1 Un Condamné à mort – ayant pour motif essentiel le désir des corps masculins, semble, dès l’origine, fondée sur la transgression de toutes règles, qu’elles soient celles de la morale ou celles des genres littéraires.

Pour prendre en compte l’historicité2 de l’écriture poétique de Genet, il nous faut cependant prendre en compte la différence des genres afin de reconstruire la généalogie de l’œuvre au regard du poétique, mais aussi pour la situer dans son rapport à Cocteau. En un premier temps, nous devons donc évoquer Un Condamné à mort, ce premier poème publié en 1942, à compte d’auteur, inséré après coup dans le recueil Poèmes3.

Notre démarche, fidèle à la prat...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540