Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Quatrième partie. Sur la réserve

Mesure et retenue chez Guillevic

Delphine Garnaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La poésie est ce qui permet de tenir. »1

La poésie de Guillevic est à l’image de l’armoire de ce poème inaugural de Terraqué2 qui se garde bien d’ouvrir ses portes et de libérer son contenu. C’est une poésie qui se place sous le signe du refus de l’expressivité et de la méfiance à l’égard de tout discours sur soi. Et le lecteur en est d’emblée prévenu. Rien qu’en omettant son prénom sur les pages de titre de ses recueils, et rien qu’en se posant sous l’aspect massif et brut de ces rocs, ou de ces granits, qui sont l’objet d’un bon nombre de poèmes, Guillevic se plaît à afficher une stature de menhir. Il n’hésite pas non plus à revendiquer son lien avec sa terre natale et à se présenter, non sans malice, comme « breton de bout en bout ». Or, ajoute-t-il, « […] les Bretons n’ont pas la réputation d’être bavards »3. Aucune prétention à un discours sur l’être donc, puisque, précise-t-il, « […] je ne parle pas en mon nom […] »4. Le poème se ferme à toute effusion bavarde et sentimentale...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540