Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Quatrième partie. Sur la réserve

La voix diffuse de Reverdy

Patrick Vayrette

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cet amour insensé, excessif, dont le poète est altéré, du réel qui toujours se dérobe à sa quête et l’épuise, il veut le retrouver dans les êtres humains à travers l’œuvre qu’il leur donne en pâture.
Pierre Reverdy, Cette émotion appelée poésie, 19501

Exigeant vis-à-vis de lui-même, Pierre Reverdy s’est toujours efforcé de confronter de manière permanente son œuvre poétique à la réflexion esthétique. La théorie, chez lui, est issue de la pratique de l’écriture et l’accompagne sans cesse, l’esthétique « (n’étant) nullement un ensemble de recettes destinées à guider a priori la création, mais (étant) toute a posteriori »2. De là une poésie que les essais ou les recueils de notes éclairent utilement mais qui semble aussi parfois, de manière assez inattendue, en déjouer les positions esthétiques.

On a souvent souligné la retenue, le goût du secret ou l’extrême réserve de ce poète. Lui-même aimait imaginer son œuvre « obscure, fermée, dure, extrêmement réticente »3. La critique a relevé, no...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540