Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Troisième partie. Le mystère de la femme

Chieko-shô de Kôtarô Takamura : un portrait infidèle

Makiko Nakazato

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son recueil de poèmes Chieko-shô (que l’on peut traduire par Recueil pour Chieko), Kôtarô Takamura évoque son amour pour sa femme Chieko, ainsi que ses douleurs face à la maladie et à la mort de celle-ci. Depuis la parution de sa première édition en 1941, Chiekoshô est l’un des recueils de poèmes les plus lus au Japon, mais ce livre n’est pas toujours bien compris par le grand public. Le fait est que cette œuvre est entourée de plusieurs malentendus, lesquels résultent des situations paradoxales de sa création et de son édition.

*

Le premier paradoxe concerne le statut de l’auteur de Chieko-shô. Si cette œuvre est représentative de la poésie japonaise moderne, rappelons que son auteur, Kôtarô Takamura, n’était pas d’abord un poète mais un sculpteur. Aujourd’hui, Takamura est notamment connu pour être l’auteur de Chieko-shô, mais lui-même se considérait avant tout comme un sculpteur. Pour expliquer cette contradiction, il faut indiquer que la plupart de ses œuvres plastiques majeu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540