Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Troisième partie. Le mystère de la femme

Péguy face au « temps des confessions »

Note à propos des Quatrains de Charles Péguy - I1

Jérôme Roger

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Se vaincre soi-même, la seule défaite qui soit exacte et la seule aussi qui soit totale. La seule manière irrévocable d’être vaincu ».
Note conjointe sur M. Descartes.

Je voudrais, pour introduire cette Note, faire trois remarques par ordre d’importance croissante.

« Ballade du cœur qui a tant battu » constitue, avec « Dialogue de l’âme et du cœur charnel »2, l’un des titres prévus par Péguy pour l’ensemble inachevé des 1 109 quatrains écrits entre 1911 et 1912, mais qu’il n’a pas publiés. Comme venu de l’au-delà, édité dans la Bibliothèque de la Pléiade en 1941, sous le titre purement formel de Quatrains, ce poème méconnu ne cesse, néanmoins, d’apparaître comme l’astre incandescent de l’œuvre poétique et peut-être de la destinée de Péguy, bien éloignée de l’image sulpicienne qui lui est trop souvent attachée.

Il faut rappeler également que les deux grandes confidences de la vie de Péguy, ce sont le « retour » à la foi catholique et la passion pour Blanche Raphaël. Ces deux confidence...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540