Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Deuxième partie. Poésie pour se faire, ou pour se défaire

La poésie nervalienne et le sujet en devenir

Yutaka Takagi

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On sait bien que la poésie nervalienne est composée de paroles simples, et que son univers onirique se déroule tour à tour à travers ces paroles simples. Parler en vers, écrire immédiatement des mots prononcés sur le papier, c’est bien sûr l’acte de la création poétique. Or, quand on réfléchit à la caractéristique de la poésie nervalienne, il s’agit de ce geste instantané qui prononce des paroles et les imprime sur le papier. Là une sorte de rumination langagière s’opère vivement. Autrement dit, avec leur orthographe et leur sonorité, les paroles prononcées en arrivent à susciter sur place d’autres souvenirs du poète ou ses rêves mythiques. D’où jaillissent encore de nouvelles paroles.

On pourra rappeler la scène de la salle de lecture, décrite dans le premier chapitre de Sylvie, où le ‘je’ héros tombe sur ces deux lignes dans l’article du journal : « Fêtes du Bouquet provincial. – Demain, les archers de Senlis doivent rendre le bouquet à ceux de Loisy » et « ces mots fort simples » ...

Auteur

Université de Niigata

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540