Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Première partie. À moindres mots

Samuel Beckett : Pourquoi la poésie ?

Yann Mével

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Aborder la poésie de Beckett est chose ardue pour bien des raisons. Rappelons tout d’abord que le corpus disponible en français ne couvre qu’une partie de la production beckettienne. Ainsi Echo’s Bones (1935), qui n’a été traduit – par Edith Fournier – qu’en 20021, ne représente que la moitié des poèmes écrits par Beckett à cette époque. Jusqu’à une date récente, il aura fallu recourir à l’édition Calder ou à l’édition Grove pour avoir accès à un poème tel que Whoroscope et à d’autres poèmes écrits en anglais dans les années 1930 ou 1940 (tel Saint-Lô, qui date de 1946). Certes, pour la période d’après-guerre, l’accès est plus aisé pour le lecteur francophone : Beckett tend alors à écrire ses poèmes en français (sans nécessairement chercher à les traduire en anglais ; que l’on pense, à cet égard, aux mirlitonnades, écrits entre 1976 et 1978).

L’état actuel de l’édition des œuvres de Beckett2 s’explique en partie par le refus de l’auteur non seulement de traduire certains poèmes de je...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540