Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soi disant

 | 
Éric Benoit

Introduction et problématiques

Poésie pour se dire, poésie pour se taire

Éric Benoit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Parler de soi… Qui le pourrait ? »
[anonyme]

Si l’Occident chrétien a longtemps tenu le moi pour « haïssable » (selon le mot de Blaise Pascal), dévalorisant le souci de soi au profit du souci de Dieu et du souci d’autrui, la modernité littéraire a au contraire, surtout à partir de Rousseau puis de l’individualisme romantique, procédé à une réhabilitation du moi, et de son expression poétique. Au début du xixe siècle, Hegel définit le genre lyrique comme celui de l’expression de la subjectivité : « Dans la poésie lyrique, il s’agit du besoin [du sujet] de s’exprimer et de se percevoir à travers ses épanchements, les effusions de son être »1. Cette conception est, à la même époque, celle de Goethe affirmant : « Tout ce qui a été publié de moi ne représente que les fragments d’une grande confession »2. Cette idée d’une Erlebnislyrik, c’est-à-dire d’une poésie lyrique de l’expérience vécue, s’est maintenue jusque dans l’interprétation biographiste et psychologisante d’un critique comme ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540