Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et jubilation

 | 
Éric Benoit

Cinquième partie. Dans la diversité des pratiques esthétiques

Jubilation de l’excès dans le roman contemporain pour adolescents

Gilles Béhotéguy

Texte intégral

1« Se voir passer de la tristesse à une joie extravagante, de la douce mélancolie à une passion furieuse, n’est-ce pas l’expression même de la douleur du passage de l’adolescence à l’âge adulte », écrivait Goethe en 1774 dans Les Souffrances du jeune Werther. L’adolescence est une période difficile de l’entre-deux à l’échelle d’une vie humaine et l’expression « crise de l’adolescence » montre bien la violence du partage entre un passé dont on voudrait se défaire et un avenir dont on ne peut que fantasmer les formes. Par ailleurs, la psychologie a montré l’adolescence comme un âge si sombre que l’on oublie souvent combien elle est aussi exubérante, tapageuse, excessive, un âge partagé entre affliction et jubilation.

  • 1 L’expression est de Jean Perrot, Jeux et enjeux du livre d’enfance et de jeunesse, Paris, Éditions (...)

2La littérature pour adolescents prend en charge, traditionnellement, cette dualité. Depuis Werther, le roman de formation raconte d’innombrables métamorphoses douloureuses émaillées d’épisodes comiques et extravagants, des mues tragiques qui ne manquent pas d’humour et des passages difficiles franchis avec dérision vers l’âge adulte. Aujourd’hui qu’il n’y a plus d’enfants et que l’adolescent devient un « jeune adulte » avant de se risquer, on ne sait exactement à quel âge, à être tout simplement adulte, le concept de jeunesse est devenu incertain. Incertaine aussi, par voie de conséquence, la littérature qui lui est adressée et affranchie de nombreuses contraintes sauf le souci évident de s’inscrire dans une culture partagée issue de la « vidéosphère1 » où naissent aujourd’hui les digital natives.

  • 2 Matthieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture de masse, entre recyclage et réinvention (...)

3Hybride et débridé, tel se présente à nous le roman pour la jeunesse qui partage avec la jubilation moins un sentiment qu’une manière de manifester un état : l’excès. Avec Matthieu Letourneux nous faisons deux constats : « on assiste depuis une vingtaine d’années au regain d’une littérature populaire de genre dans de nouveaux circuits, ceux de la littérature de jeunesse2 » ; et l’on ne peut qu’être frappé du caractère de plus en plus transmédiatique de cette culture. Partant, nous nous proposons d’étudier la jubilation de l’excès — au sens premier de « différence en plus » — dans cette nouvelle littérature populaire à partir des titres français de la saga américaine qui, après Harry Potter, en est la plus représentative : Twilight. « Fascination » d’abord, ou comment le roman cherche à séduire son « ami » le lecteur ; « Tentation », où nous nous pencherons sur les gouffres du roman-miroir ; « Hésitation », ou comment la dystopie pour la jeunesse balance entre l’apocalypse et le roman rose ; double « Révélation », enfin, où nous découvrirons le roman en réalité alternée et surtout ce que c’est qu’être fan… de littérature.

1. Fascination ou les sirènes du roman pour adolescents

  • 3 Daniel Delbrassine, Le Roman pour adolescents aujourd’hui : écriture, thématiques et réception, sc (...)
  • 4 The catcher in the rye, 1951.

4On sait par de nombreuses études que les jeunes abandonnent très vite la lecture s’ils ne sont pas séduits dès la/les premières pages des romans. L’incipit est donc le lieu de stratégies pensées par les écrivains. Une manière de faire est devenue la marque de fabrique du roman pour la jeunesse : le lecteur entre tout de suite dans le vif de l’histoire, happé par un narrateur homodiégétique qui s’exprime à la première personne : « JE dis ce qui se passe/ce qui m’arrive ici, maintenant ». Le roman est passé du monde raconté au monde commenté. Ce régime de narration est celui du direct qui place le lecteur dans l’urgence et favorise le processus d’identification au personnage. Pour Daniel Delbrassine3, cette voix renforce l’illusion de réalité en créant un effet de proximité exceptionnel. Le récit tient alors du « bavardage confidentiel » au point que l’on pourrait qualifier cette littérature de littérature de rencontre. Cette manière d’écrire n’est pas exactement une nouveauté : elle s’inscrit dans une filiation puisque le roman pour adolescents a un père, L’Attrape-cœurs de Sallinger4, qui, par son thème et son ton, a inscrit cette littérature dans une modernité définie en rupture avec les lois traditionnelles du récit par Gérard Genette :

  • 5 Gérard Genette, Figure III, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1972, p. 193.

L’une des grandes voies d’émancipation du roman moderne aura consisté à pousser à l’extrême, ou plutôt à la limite, cette mimésis du discours, en effaçant les dernières marques de l’instance narrative et en donnant d’emblée la parole au personnage5.

  • 6 Voir les analyses de Gilles Lipovetsky, L’Ere du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, P (...)

5Roman on ne peut plus moderne que le roman pour adolescents puisqu’il privilégie l’authenticité, la spontanéité de personnages livrés au lecteur en séquences discontinues plutôt que des « personnages dominés par le romancier » et construits dans et par l’architecture romanesque6. Démarche qui aime jouer avec le lecteur et remettre en question la frontière entre le monde que l’on raconte et celui où l’on raconte :

  • 7 Benjamin Lebert, Crazy, Nil, 2004.

Si vous le souhaitez, vous pouvez même me rendre visite. A Schwabing. Après toute cette histoire, vous devriez en principe plutôt bien me connaître. Vous me trouverez facilement. Je suis le gars qui traîne étrangement sa jambe gauche7.

  • 8 Soda est une série télévisée française en 784 épisodes de deux à trois minutes, créée par Frank Be (...)
  • 9 Héros de la série SODA
  • 10 Youtuber star parmi les adolescents. www.cyprien.fr

6Au-delà de l’effet de connivence qui s’instaure entre narrateur et lecteur, on voit aussi comment ces personnages de romans, ces voix familières et amicales participent de la porosité entre littérature et culture des jeunes. Des chats, elles imitent la rencontre immédiate, le bavardage intime, l’amitié au sens où l’entendent les réseaux sociaux ; aux séries télévisées pour adolescents comme SODA8, elles empruntent la rapidité de la narration, le sens du gag et de la dérision, la focalisation interne saturée d’affects face aux événements du quotidien ; enfin, comme les youtubers, ces narrateurs jouent d’un humour décalé et du partage d’une culture proprement adolescente. Par conséquent, si on retrouve toujours quelque chose des tourments du jeune Werther dans les narrateurs-personnages de la plupart des romans contemporains pour la jeunesse, c’est plutôt un Holden Caufield mâtiné de Kev Adam9 et de Cyprien10 qui invite maintenant le lecteur à partager un moment de sa vie et la jubilation de la lecture naît de cette intimité de plain-pied avant même l’entrée dans l’histoire.

  • 11 Voir Gilles Lipovetsky, L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Gallimard, 1983.

7Si beaucoup d’écrivains représentent les adolescents comme des personnages familiers, pleins d’humour et campés dans cette cool attitude caractéristique, selon Gilles Lipovetsky11, de nos sociétés individualistes post-modernes, beaucoup leur tendent un roman-miroir du monde comme il va. Cette veine réaliste traditionnelle où s’est épanouie longtemps la vocation éducatrice de la littérature de jeunesse tend aujourd’hui au sensationnalisme propre à nos sociétés du spectacle et, au risque de la caricature, tombe dans la surenchère.

2. Tentation ou sombres jubilations

  • 12 Voir G. Béhotéguy, C. Connan-Pintado, G. Plissonneau (dir.), Idéologies et roman contemporain pour (...)

8Il semblerait que le roman-miroir aime à refléter les aspects les plus sombres de notre monde. Mais s’ils sont indéniablement porteurs d’un humanisme12, ces textes habités par la misère, hantés par les sans-abris et les immigrés clandestins, déchirés par toutes sortes de violences ne manifestent aucun engagement politique alors qu’ils se situent très explicitement du côté des exclus. Se joue ici, sans aucun doute, la tension qui parcourt cette littérature entre souci d’objectivité – qui rangerait le texte du côté de la leçon — et désir militant – qui le marquerait au coin de la partisanerie.

  • 13 Jean-Paul Gourévitch, « Pierre-Jules Hetzel (1814-1886). Un éditeur engagé dans son siècle », [En (...)

9On peut arguer que la littérature pour adolescents demeure une écriture sous contrôle et qui s’auto-censure par crainte de se voir accusée de tentative d’influence, voire de manipulation sur de jeunes esprits innocents et maléables. Du coup, on serait tentés de faire au roman-miroir contemporain le reproche que Jules Hetzel, éditeur de Jules Verne, adressait à la littérature pour les enfants sous le Second Empire : c’est de la tisane13 !

  • 14 Entretien de Sylvie Garcia, éditrice aux Editions du Rouergue, responsable de la collection « DoAd (...)
  • 15 Guillaume Guéraud, Cité Nique-le-Ciel, Arles, Le Rouergue, 1998.

10Tisane bien amère alors diront certains alarmistes face à l’expansion du mélodrame qui englue aujourd’hui une grande frange du roman pour adolescents. Il ne flirte plus avec le drame, il se vautre dans le malheur. Dans la collection « doAdo » des éditions du Rouergue, dès les années1990, il s’agit de publier des « romans offensifs dans une langue moderne14 ». Cité Nique-le-Ciel de Guillaume Guéraud15 ouvre alors une brèche noire dans la façade consensuelle de la littérature pour adolescents et il semblerait que beaucoup d’auteurs et d’éditeurs n’attendaient que ce moment pour s’emparer avec délice des thèmes hier tabous et les accumuler, mais rechampis de cinquante nuances toujours plus sombres. Secrets de famille, sexualité condamnée, scandales, trahison, mort… Il ne s’agit pas de la une de Closer ou de Voici mais du fonds où puise un certain roman pour la jeunesse que démange le réalisme.

  • 16 Danielle Thaler, Alain Jean-Bart, Les Enjeux du roman pour adolescents, Paris, L’Harmattan, 2002, (...)

11L’adolescence se reconnaît-elle dans ces récits noirs écrits pour elle par des adultes ? Se retrouve-t-elle dans ces images d’elle-même que, de l’avis de Danielle Thaler et Alain Jean-Bart, « la société ou une fraction de cette société accepte de reconnaître et de diffuser16 » selon l’idée qu’elle se fait de l’adolescence ? Pas si sûr car, au leurre du roman-miroir, beaucoup de jeunes lecteurs préfèrent aujourd’hui d’autres horizons, loin de la déprime mais en plein cauchemar. Un courant de la littérature de jeunesse venu d’outre-Atlantique les lui offre aujourd’hui en abondance, juste après la fin du monde.

3. Hésitation : entre apocalypse et roman rose

  • 17 Voir sur les contre-utopies : Laurent Bazin, « Mondes possibles, lendemains qui chantent ? Project (...)
  • 18 Michael Grant, Gone (2008), trad. fr. J. Lafon, Pocket Jeunesse, 2009.

12Compte tenu du nombre sans cesse accru de publications, les contre-utopies — principalement américaines — constituent un phénomène de mode international d’une ampleur telle que le siècle qui commence semble bel et bien porteur du désenchantement qui habitait le siècle précédent. On retrouve en partage dans ces œuvres, une critique des organisations sociales et une conception désenchantée de l’âme humaine17. Héritières du Meilleur des Mondes de Huxley (1931) et de 1984 de George Orwell (1949), ces histoires d’après la grande catastrophe nucléaire mettent en scène des sociétés sous-contrôle d’un pouvoir omnipotent et dominateur. Nous repérons néanmoins dans ces fictions trois raisons de jubiler sous le joug. En premier lieu, le personnage de l’adolescent indigné d’abord puis révolté et finalement meneur de la révolution est chargé d’un fort capital symbolique au regard de nos sociétés frappées de jeunisme : il est seul capable de sauver un monde mené à la ruine par des adultes déficients, et de construire des lendemains qui chantent. Dans cette entreprise de régénérescence, un nouveau romantisme se fait jour au prix d’un renversement axiologique qui instaure l’adolescent en modèle idéal et indépassable des sociétés en faillite. Il est facile alors de comprendre l’engouement que connaissent ces récits : ils résolvent à l’avantage exclusif des jeunes les conflits des générations et parfois, de manière radicale. C’est par exemple le cas de l’hexalogie américaine de Michael Grant, Gone18 qui raconte la brusque disparition de tous les individus de plus de quinze ans dans une région nommée « La Zone ». Evénement terrible mais cas flagrant de jubilation à la française si l’on considère la traduction du sous-titre : Qui n’a jamais rêvé d’un monde sans adultes ?, à contrepied de l’original, menaçant et prophétique : This is the Way the World ends.

  • 19 Lauren Oliver, Delirium, Hachette, « Black Moon », 2012.
  • 20 Veronica Roth, Divergente, Nathan, 2014.
  • 21 Suzanne Collins, Hunger Games, Pocket jeunesse, 2009.
  • 22 Voir les analyses de Christina Jarvis, « Rebel heroines of teenage fiction could inspire the next (...)
  • 23 Suzanne Collins, The Hunger Games.
  • 24 Lois Lowry, Le Passeur [The Giver], L’école des Loisirs, 1994.
  • 25 Kiera Kass, La Sélection, Livre 1, Paris, Robert Laffont, 2012.
  • 26 Yves Grevet, Meto, Pocket jeunesse, 2008.
  • 27 Christophe Lambert, Mango, « Autres Mondes », 2004.
  • 28 Voir l’essai de Frédéric Martel, Mainstream, Enquête sur la guerre globale de la culture et des mé (...)
  • 29 Alain Lieury et Sonia Lorant, « L’impact des loisirs des adolescents sur les performances scolaire (...)

13Jubilatoire aussi la révolution en marche dans ces textes où se réalise la prophétie d’Aragon : « l’avenir de l’homme est la femme ». Les dystopies contemporaines pour la jeunesse font la part belle aux jeunes filles courageuses, intrépides et musclées. Les héroïnes de Délirium19, Divergente20, ou Hunger games21 sont des figures salvatrices grâce à leur force physique, psychique et parfois aussi à quelques dons surnaturels22. Elles incarnent un nouvel ordre du féminin dans lequel se lit, sans doute, la prise de conscience des auteurs de dystopies que le lecteur de romans pour adolescents d’aujourd’hui est principalement une lectrice. C’est pourquoi la présence de ces guerrières ouvre aussi les récits à un mélange des genres : le tumulte de la révolte se double des affres de la romance et le triangle amoureux dessine la figure obligée des relations sentimentales dans la lutte contre les tyrannies. Du coup, un final rose et en apothéose : victoire de la liberté et triomphe de l’amour. Enfin, on retrouve dans ces récits un scénario récurrent qui en constitue le piment : tous les jeunes personnages sont soumis à une sélection drastique. Hunger Games de Suzanne Collins23 procède par l’extermination des candidats les uns par les autres ; Delirium, le Passeur24, Divergent dramatisent le moment de la sélection sociale qui va décider du destin des personages, et le premier volume de la trilogie de Kiera Cass s’intitule tout bonnement La Sélection et s’accompagne d’un sous-titre qui vaut programme : « 35 candidates, 1 couronne. La compétiton de leur vie25 ». Nous sommes loin d’un lissage des différences et de notre aversion bien française, surtout à l’école, à promouvoir la compétiton. Pourtant les jeunes adolescents français, comme des millions d’autres, s’arrachent ces lectures et nos dystopies nationales – Meto26, la Loi du plus beau27 … – procèdent des mêmes règles impitoyables. On peut y voir le redoutable pouvoir uniformisateur de la culture mainstream et déplorer que « le monde entier [soit] sous influence intellectuelle du soft power américain28 ». Mais il est indéniable que les adolescents du monde entier aiment à se sentir Américains et plus encore jubilent à retrouver dans les romans qu’ils lisent les éléments qui composent désormais une culture internationale des jeunes : thèmes et structuration des récits proches des scénarios de jeux-vidéo et ressorts de la diégèse comparables à ceux des émissions de télé-réalité qu’ils regardent assidument29.

  • 30 Matthieu Letourneux, « Les Formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse », Strenae, 2, 20 (...)

14Impossible donc, aujourd’hui, d’étudier le roman pour adolescents comme un objet isolé et nourri au seul sein de la littérature car, comme l’écrit Matthieu Letourneux : « Oeuvres et produits culturels pour adolescents sont à saisir dans leur relation médiatisée à d’autres produits culturels indépendamment desquels ils ne peuvent se comprendre30. » Fragmentation, interdépendance, polyexploitation et jubilation du vertige dans lequel nous entraîne ces systèmes dont on ne sait s’il connaissent une clôture ou au contraire s’étendent de manière tentaculaire.

4. Révélation : la réalité alternée et l’univers de fans

  • 31 Pour une étude complète de la différence entre cycles et séries, voir A. Besson, La Fantasy, Paris (...)

15Après des décennies d’enquêtes en séries menées par Le Club des Cinq ou Fantômette, Harry Potter (1997-2007) lance la passion des histoires en plusieurs volumes formant un cycle31. La conception de ces vastes ensembles romanesques tout comme l’idée que le lecteur puisse vieillir avec son héros n’est pas inédite mais l’heptalogie de J. K. Rowling nous paraît exemplaire à plus d’un titre des éléments qui assurent le succès des cycles contemporains.

  • 32 Joseph Delanay, Les Chroniques de l’Epouvanteur, Bayard, 2004.
  • 33 Anne Robillard, Les Chevaliers d’Emeraude, Paris, Michel Lafon, 2003.
  • 34 Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.
  • 35 Le concept est de R. Saint-Gelais, op. cit.
  • 36 Le prototype en est le roman de John Green, Nos étoiles contraires, Nathan, « Grand Format », 2013

16En premier lieu, le petit sorcier anglais a renversé les discours de déploration prophétisant la mort de la lecture chez les jeunes. L’enthousiasme avec lequel les adolescents et préadolescents se sont jetés sur ces gros pavés a bouleversé l’écriture et l’édition, en même temps qu’il consacrait en littérature de jeunesse le retour d’un genre typiquement britannique : la fantasy. Sorciers et mages en tous genres, dragons et créatures merveilleuses ainsi que mondes parallèles cartographiés sont devenus le quotidien de millions de jeunes tandis que les rayonnages des librairies étaient envahis par les tri, quadri, pentalogies et, dans l’euphorie du succès, il a fallu prévoir de la place pour des hendécalogies32, ou même des dodécalogies33. Ces énormes blocs fictionnels créent des ensembles où s’élabore cette transfictionnalité qui suppose la mise en relation de deux ou de plusieurs textes sur la base d’une communauté fictionnelle selon la thèse de Richard Saint-Gelais34. De fait, on assiste depuis le début du XXIe siècle à une propagation pléthorique d’œuvres qui constituent par accumulation des conglomérats35 que la critique a eu tôt fait d’étiqueter pour se donner quelques repères « Bit lit. » pour les innombrables histoires de vampires ; « Chick lit. » pour la littérature pour les filles ; « Sick lit. » pour ces romans qui mettent en scène des adolescents atteints d’une maladie incurable et/ou handicapante36.

  • 37 Prequels, sequels, midquels, interquels et sidequels.
  • 38 Par exemple, Elizabeth Linton, Le Guide de l’univers de Twilight, City Edition, 2010.
  • 39 Le cycle Twilight (4 volumes) de Stephenie Meyer a été adapté au cinéma en 5 films réalisés par Ca (...)
  • 40 Christian Chelebourg, Les Fictions de jeunesse, Paris, PUF, « Les littéraires », 2013, p. 99.
  • 41 On se souvient de la déclaration de François Busnel dans L’Express : « Je dois l’avouer, je n’ai j (...)
  • 42 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’Art, Paris, Le Seuil, 1992.

17Cette efflorescence littéraire — dont on ne peut occulter les enjeux commerciaux — à laquelle il faut ajouter les engendrements propres aux cycles eux-mêmes37 et la quantité d’ouvrages à vocation encyclopédique38 qui tentent de garantir une cohésion entre les éléments de ces grands ensembles n’est qu’une partie de la surenchère transfictionnelle qui se décline sur différents supports. En effet, le processus d’adaptations est aujourd’hui particulièrement emblématique de la culture adolescente et de sa construction en rhizomes : le roman devient film qui a son tour devient livres sur le film (novellisation ; film du tournage ; biographies des acteurs etc.) ; et prenant de l’un et de l’autre paraît la BD et le Manga que va adapter le jeu vidéo39 tandis que se multiplient T-shirts, tasses, housses de couette, écharpes et porte-clés aux effigies des acteurs ou en lien avec des éléments, des épisodes-clés du cycle. Certains condamneront sans appel cette chaîne transmédiatique et trouveront dans cette exploitation de masse la preuve que la littérature de jeunesse est bien une sous-littérature ; d’autres, dont Christian Chelebourg, jubilent et pensent au contraire l’adaptation comme une forme de citation et l’œuvre adaptée « apparaît comme un réservoir de potentialités signifiantes que ses reprises actualisent, si bien qu’elle s’en trouve enrichie et non déformée40 ». On entend ici les échos d’une querelle récurrente qui taxe la littérature de jeunesse d’illégitimité à cause de son aspect commercial et dont des stars comme François Busnel ou Danièle Sallenave sont les hérauts41. Querelles très franco-françaises dont les enjeux ont été dégagés dans les Règles de l’Art par Pierre Bourdieu42, tandis que, outre-Atlantique, on étudie depuis plus de vingt ans cette extension du domaine de la fiction comme manifestation de la « culture de la convergence » théorisée par Henry Jenkins :

  • 43 Henry Jenkins, La Culture de la convergence, Paris, Armand Colin, 2013.

Par convergence j’entends le flux de contenu passant par de multiples plateformes médiatiques, la coopération entre une multitude d’industries médiatiques et le comportement migrateur des publics et des médias qui, dans leur quête d’expériences et de divertissement qui leur plaisent, vont et fouillent partout.43

  • 44 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire [1980], Gallimard, « Folio Essais », (...)

18Peuple migrateur, en effet, que ces adolescents qui retrouvent dans la transmédialité le « nomadisme d’antan, mais pour chasser désormais en des steppes et des forêts artificielles » comme l’écrivait Michel de Certeau dans les années 1970 à propos de la lecture comme activité de braconnage44. Cette chasse, ou plutôt cette cueillette transmédiatique, ouvre à des expérimentations ludiques qui dynamisent tout un pan de la littérature pour adolescents : elles modifient la conception des œuvres et appellent à de nouvelles formes de lecture.

  • 45 L’expression est de Henry Jenkins, op. cit.
  • 46 Michael Carman, Skeleton Creek. Psychose, Bayard, 2011.
  • 47 Sean Stewart, Jordan Weisman, Cathy’s book, ill. Cathy Briggs, Bayard, 2008.
  • 48 Eléonore Hamaide-Jager, « Je lis, tu blogues et ils “littératurent” : “Blue cerises”, entre roman, (...)
  • 49 Cécile Roumiguière, Jean-Michel Payet, Sigrid Baffert et Maryvonne Rippert.
  • 50 Victor Dixen fait de même avec Le cas Jack Sparrow.
  • 51 Eléonore Hamaide-Jager, « Je lis, tu blogues et ils “littératurent” : “Blue cerises”, entre roman, (...)
  • 52 Matthieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture de masse, entre recyclage et réinvention (...)
  • 53 James Frey, Endgame, Gallimard jeunesse, 2014.

19En effet, les TIC (les nouvelles technologies de la communication) ont remis au goût du jour les romans-jeu en utilisant tous les moyens permis par l’intermédialité. L’ère est advenue du Transmedia Storytelling, que l’on peut traduire par « narration augmentée45 ». Ainsi, Patrick Carman avec sa quadrilogie Skeleton Creek46 renouvelle le roman d’enquête en proposant une narration alternée entre le récit tenu par Ryan dans son carnet et les vidéos que réalise son amie Sarah et qu’elle met en ligne sur un site Internet dont le lecteur a l’adresse. Encore plus interconnecté, Cathy’s book47 se présente comme un roman en réalité alternée. Il s’accompagne d’une enveloppe contenant des adresses, des photographies, des papiers « officiels » d’Etat civil mais aussi de nombreuses adresses mail et des numéros de téléphone qui fonctionnent ; au lecteur de s’engager au côté de Cathy pour mener l’enquête. Ces œuvres ne sont pas l’apanage de la création anglosaxonne. Eléonore Hamaide-Jager a étudié la série « Blue Cerise48 » qui raconte par quatre auteurs français différents49 l’histoire d’une bande d’amis : Violette, Satya, Amos et Zik. Après une édition papier chez Milan en 2009, les douze tomes sortent en format numérique en 2011 mais sont regroupés en « saisons » comme les séries télévisées50. L’ambition déclarée des auteurs est de proposer une nouvelle forme de lecture spécialement concue pour l’I-Pad selon un procédé qu’ils ont créé : « l’e-plum ». En rupture avec une lecture linéaire, l’e-plum propose une navigation dans l’ouvrage qui multiplie les passerelles : « elle permet des passages d’un roman à l’autre, mais propose aussi des résumés des films vus à la Cinémathèque par les protagonistes ou évoqués dans leurs conversations, des liens avec Deezer ou Youtube pour écouter leur musique, des extraits de textes cités (Emily Dickinson par exemple), des photographies illustrant, selon les concepteurs du projet, “des moments forts de la vie des personnages”51 », l’ensemble se trouvant complété et alimenté par des blogs. Avis de Matthieu Letourneux sur ces univers transmédiatiques : « Plus une œuvre ou un univers de fiction médiatique est décliné sur des médias différents, donc dans des langages différents, plus il acqueirt un caractère polysensoriel susceptible de séduire et de convaincre le lecteur52 ». La trilogie annoncée de James Frey Endgame53 semble avoir bien compris la leçon puisqu’il rassemble les ingrédients propres à séduire les adolescents – fin du monde et sélection impitoyable – et qu’il propose en plus et en même temps que la lecture :

  • une vaste chasse au trésor (500 000 dollars à gagner) dans le monde réel à partir d’indices parsemés dans le texte et de liens internet ;
  • des pages facebook, google+ et des comptes tweeter pour chaque personnage ;
  • des nouvelles uniquement en version numérique qui constitueront des prequels au cycle ;
  • un film annoncé adapté des romans ;
  • enfin un jeu de réalité alternée (ARG) mis en œuvre par Google et dont son concepteur, John Hanke, dit que c’est un jeu très social dans le vrai monde, « l’objectif [étant] de faire vivre une communauté au sein du monde de Endgame dans le nôtre54 ». Le titre de l’article sur le site 01net.com montre bien, avec l’ironie des points de suspension, l’absence de hiérarchie entre les supports dans la culture transmédiatique : « Préparez-vous pour Endgame, le nouveau jeu de Google qui est aussi… un livre. »
  • 55 De leurs films et séries télévisées aussi.
  • 56 Rémy Rieffel, Révolution numérique, révolution culturelle ?, Gallimard, « Folio actuel », 2014, p. (...)

20Il paraît évident que le lecteur-modèle révélé par les théories de la réception à partir du roman traditionnel est devenu dans les univers transmédiatique un lecteur participatif qui assemble, associe et communique. Autour des œuvres s’organise une culture coopérative née des communautés de lecteurs, les fans, qui contribuent par leurs écrits, les fanfictions, à l’expansion diégétique de leurs récits favoris55. Selon Rémy Rieffel, « cette montée en puissance des amateurs manifeste la capacité des individus [et particulièrement des jeunes] à sortir des sentiers battus et à faire preuve d’un comportement autonome et créatif56 ». L’heure est au petit bricolage littéraire en bandes et c’est dans ce nouvel art de faire que s’exprime le plus la jubilation des jeunes lecteurs.

  • 57 François Sébastien, « Les fanfictions, nouveau lieu d’expression de soi pour la jeunesse ? », n ° (...)
  • 58 Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges, op. cit., p. 408.
  • 59 Domaine de fans.
  • 60 Récit qui crée des relations homosexuelles entre des personnage, principalement masculins.
  • 61 Au Moyen-Âge, ce que l’on nomme « la matière de Bretagne » s’est constituée par prolongements succ (...)
  • 62 Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges, op. cit. p. 355. Les réactions enthousiastes ou de refu (...)

21Des sites officiels – le plus ancien et le plus fréquenté est fanfiction.net – offrent donc des espaces de mise en ligne, de critiques et de conseils aux centaines de milliers de continuateurs à travers le monde – continuatrices plutôt comme l’a montré Sébastien François57 –, et en tête de classement des fictions les plus reprises on trouve : Harry Potter, Twilight, Percy Jackson, Le Seigneur des anneaux, Hunger games. Ces écritures ne sont pas un travail d’analyse des œuvres ni des compilations de commentaires personnels, mais des écrits de création principalement à partir des personnages et du programme narratif de l’hypotexte ; « l’écriture de fanfiction, écrit Richard Saint-Gelais, à moins à voir avec l’expression spontanée de son auteur qu’avec l’insertion dans une constellation fictionnelle déjà structurée58. » Ce communautarisme des jeunes lecteurs organisés en fandoms59 où s’expriment à la fois leur plaisir de lire et leur appropriation des œuvres, tantôt respectueuse et tantôt frondeuse comme le montre la pratique du slash60, appelle trois remarques. En premier lieu, les écrits des fans réactualisent une pratique fort ancienne en littérature mais qu’Internet permet de réaliser à grande échelle : la continuation des œuvres61. D’autre part, la transfictionnalité et les fanfictions en particulier bousculent la notion de canon, la rendent instable car toujours en construction. En effet, si les communautés de fans reconnaissent que l’œuvre originelle constitue une référence, les différents supports médiatiques sont autant de canons qui la complètent ou lui sont opposables. De même, l’ensemble des fanfictions à partir d’une œuvre compose un canon, le fanon, dont la légitimité est suffisamment reconnue pour que les continuateurs s’y réfèrent pour critiquer les nouveaux textes mis en ligne. On voit par là que loin d’être un territoire d’écritures sauvages, les fandoms sont structurés et hiérarchisés afin d’encadrer la prolifération des fictions. Enfin, le statut d’auteur est partagé et sa seule autorité sur l’œuvre remise en question ; d’une part parce que « les communauté interprétatives de fans façonnent et perpétuent collectivement l’ascendant de l’auteur original62 » sur les constellations transfictionnelles, et d’autre part, comme dans toute culture populaire, parce que le personnage prend l’ascendant sur son créateur : aujourd’hui Harry Potter sur J. K. Rowling, comme naguère Rocambole sur Ponson du Terrail ou Arsène Lupin sur Maurice Leblanc.

*

22La littérature contemporaine pour adolescents est une littérature de l’excès. Jouant à outrance de la fonction phatique de la communication, elle cherche à séduire le lecteur et tend à orchestrer des rencontres avec un narrateur bavard afin d’abolir la frontière entre réalité et fiction. Quand elle ne tire pas de sa boîte de Pandore les pires maux de l’humanité pour creuser dans le roman un gouffre sous les pieds du lecteur, elle l’entraîne au pays cauchemardesque des contre-utopies. Téméraires et enthousiastes, des millions de lecteurs y suivent de jeunes héroïnes au cœur tendre et aux poings d’acier qui, au prix de quelques massacres, sauvent le monde pour les beaux yeux d’un fiancé et par amour de l’humanité. C’est que la compétition est rude et très longue dans les nombreux tomes de ces grands cycles romanesques annoncés sur le web à grand tapage médiatique. Demain, ces livres seront films, jeux-vidéo, manga ou T-shirts sérigraphiés. Ludique et en même temps sérieux, le roman pour adolescents contemporain renouvelle les imaginaires et déploie les possibles du multimédia comme un grand terrain où expérimenter de nouveaux jeux. Trop commercial, trop populaire pour les uns, il expose honteusement ses volumes aux couvertures criardes comme des objets de mauvais goût. Très dynamique, très créatif, formidable pour les autres, il réenchante la culture de masse en lui offrant des mythes relookés, des contes revisités et des espaces de création où la masse peut se retrouver par affinités électives — comme les souhaitait Goethe — et comme aiment à le faire les adolescents. On l’aura compris, pour le plus grand bonheur de ses lecteurs, le roman pour la jeunesse dépasse la jeunesse et excède le roman : jubilation !

Notes

1 L’expression est de Jean Perrot, Jeux et enjeux du livre d’enfance et de jeunesse, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1999, p. 23.

2 Matthieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture de masse, entre recyclage et réinvention », in C. Boulaire, M. Letourneux et C. Hervouet, L’Avenir du livre pour la jeunesse, BnF-La Joie par les livres, 2010, p. 31.

3 Daniel Delbrassine, Le Roman pour adolescents aujourd’hui : écriture, thématiques et réception, scérEn-CRDP de Créteil, 2006, p. 237.

4 The catcher in the rye, 1951.

5 Gérard Genette, Figure III, Paris, Le Seuil, « Poétique », 1972, p. 193.

6 Voir les analyses de Gilles Lipovetsky, L’Ere du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, « Folio Essais », 1983.

7 Benjamin Lebert, Crazy, Nil, 2004.

8 Soda est une série télévisée française en 784 épisodes de deux à trois minutes, créée par Frank Bellocq, David Soussan, Kev Adams et Cyril Cohen et diffusée à partir du 4 juillet 2011 sur M6.

9 Héros de la série SODA

10 Youtuber star parmi les adolescents. www.cyprien.fr

11 Voir Gilles Lipovetsky, L’ère du vide. Essais sur l’individualisme contemporain, Gallimard, 1983.

12 Voir G. Béhotéguy, C. Connan-Pintado, G. Plissonneau (dir.), Idéologies et roman contemporain pour la jeunesse au XXIe siècle, Presses Universitaires de Bordeaux, collections Modernités, volume 38, 2015.

13 Jean-Paul Gourévitch, « Pierre-Jules Hetzel (1814-1886). Un éditeur engagé dans son siècle », [En ligne], http://www.herodote.net/Pierre_Jules_Hetzel_1814_1886_-synthese-1889.php. Consulté le 21/03/2015.

14 Entretien de Sylvie Garcia, éditrice aux Editions du Rouergue, responsable de la collection « DoAdo ». [Mis en ligne en novembre 2013]. http://www.dailymotion.com/video/x17q93d_sylvie-gracia-collection-doado-des-editions-du-rouergue_news. Consulté le 30.03.2015.

15 Guillaume Guéraud, Cité Nique-le-Ciel, Arles, Le Rouergue, 1998.

16 Danielle Thaler, Alain Jean-Bart, Les Enjeux du roman pour adolescents, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 33.

17 Voir sur les contre-utopies : Laurent Bazin, « Mondes possibles, lendemains qui chantent ? Projections utopiques dans la littérature de jeunesse contemporaine », TRANS- [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 23 juillet 2012, consulté le 27 mars 2015. URL : http://trans.revues.org/567.

18 Michael Grant, Gone (2008), trad. fr. J. Lafon, Pocket Jeunesse, 2009.

19 Lauren Oliver, Delirium, Hachette, « Black Moon », 2012.

20 Veronica Roth, Divergente, Nathan, 2014.

21 Suzanne Collins, Hunger Games, Pocket jeunesse, 2009.

22 Voir les analyses de Christina Jarvis, « Rebel heroines of teenage fiction could inspire the next generation », in The Conversation, University of Huddersfield [En ligne], http://theconversation.com/rebel-heroines-of-teenage-fiction-could-inspire-the-nextgeneration-38182. Page consultée le 29 mars 2015.

23 Suzanne Collins, The Hunger Games.

24 Lois Lowry, Le Passeur [The Giver], L’école des Loisirs, 1994.

25 Kiera Kass, La Sélection, Livre 1, Paris, Robert Laffont, 2012.

26 Yves Grevet, Meto, Pocket jeunesse, 2008.

27 Christophe Lambert, Mango, « Autres Mondes », 2004.

28 Voir l’essai de Frédéric Martel, Mainstream, Enquête sur la guerre globale de la culture et des médias, Paris, Flammarion, ‎ 2010.

29 Alain Lieury et Sonia Lorant, « L’impact des loisirs des adolescents sur les performances scolaires », Les Cahiers pédagogiques, n ° 511, février 2014.

30 Matthieu Letourneux, « Les Formes de la fiction dans la culture pour la jeunesse », Strenae, 2, 2011 [En ligne]. Consulté le 2 mars 2015. http://www.strenae.revues.org/434.

31 Pour une étude complète de la différence entre cycles et séries, voir A. Besson, La Fantasy, Paris, Klincksieck, « 50 questions », 2007.

32 Joseph Delanay, Les Chroniques de l’Epouvanteur, Bayard, 2004.

33 Anne Robillard, Les Chevaliers d’Emeraude, Paris, Michel Lafon, 2003.

34 Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

35 Le concept est de R. Saint-Gelais, op. cit.

36 Le prototype en est le roman de John Green, Nos étoiles contraires, Nathan, « Grand Format », 2013.

37 Prequels, sequels, midquels, interquels et sidequels.

38 Par exemple, Elizabeth Linton, Le Guide de l’univers de Twilight, City Edition, 2010.

39 Le cycle Twilight (4 volumes) de Stephenie Meyer a été adapté au cinéma en 5 films réalisés par Catherine Hardwicke (2008), Chris Weitz (2009), David Slade (2010) et Bill Condon pour les deux parties de Révélation (2011 et 2012). La BD est une adaptation graphique de Young Kim, artiste coréenne, parue en 2010 aux éditions Pika. Le jeu vidéo est de Konami, pour Nitendo, sorti en 2010.

40 Christian Chelebourg, Les Fictions de jeunesse, Paris, PUF, « Les littéraires », 2013, p. 99.

41 On se souvient de la déclaration de François Busnel dans L’Express : « Je dois l’avouer, je n’ai jamais cru aux vertus de ce que le monde de l’édition appelle la « littérature jeunesse ». Sans doute est-ce une tare, mais ce « secteur » m’est toujours apparu comme une invention marketing destinée à écouler une production souvent mièvre et à soutenir des maisons en mal de chiffre d’affaires. » article en ligne : http://www.lexpress.fr/culture/livre/lisez-jeunesse_939382.html

42 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’Art, Paris, Le Seuil, 1992.

43 Henry Jenkins, La Culture de la convergence, Paris, Armand Colin, 2013.

44 Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1. Arts de faire [1980], Gallimard, « Folio Essais », 1990, p. 239.

45 L’expression est de Henry Jenkins, op. cit.

46 Michael Carman, Skeleton Creek. Psychose, Bayard, 2011.

47 Sean Stewart, Jordan Weisman, Cathy’s book, ill. Cathy Briggs, Bayard, 2008.

48 Eléonore Hamaide-Jager, « Je lis, tu blogues et ils “littératurent” : “Blue cerises”, entre roman, blog et produit marketing ? », Strenæ [En ligne], http://strenae.revues.org. Consultéle31mars2015.

49 Cécile Roumiguière, Jean-Michel Payet, Sigrid Baffert et Maryvonne Rippert.

50 Victor Dixen fait de même avec Le cas Jack Sparrow.

51 Eléonore Hamaide-Jager, « Je lis, tu blogues et ils “littératurent” : “Blue cerises”, entre roman, blog et produit marketing ? », Strenæ [En ligne], op. cit.

52 Matthieu Letourneux, « Littérature de jeunesse et culture de masse, entre recyclage et réinvention », in C. Boulaire, C. Hervouët et M. Letourneux (dir.), L’Avenir du livre pour la jeunesse, Paris, BnF/CNLJ-La Joie par les livres, 2010, p. 32.

53 James Frey, Endgame, Gallimard jeunesse, 2014.

54 Voir l’article en ligne sur http://www.01net.com/editorial/628302/preparez-vous-pour-endgame-le-nouveau-jeu-de-google-qui-est-aussi-un-livre

55 De leurs films et séries télévisées aussi.

56 Rémy Rieffel, Révolution numérique, révolution culturelle ?, Gallimard, « Folio actuel », 2014, p. 126 et sq.

57 François Sébastien, « Les fanfictions, nouveau lieu d’expression de soi pour la jeunesse ? », n ° 46, p. 58-68 [En ligne]. URL : www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses. Consultéle20/03/2015.

58 Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges, op. cit., p. 408.

59 Domaine de fans.

60 Récit qui crée des relations homosexuelles entre des personnage, principalement masculins.

61 Au Moyen-Âge, ce que l’on nomme « la matière de Bretagne » s’est constituée par prolongements successifs.

62 Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges, op. cit. p. 355. Les réactions enthousiastes ou de refus des fans à la déclaration de J. K. Rowling sur l’homosexualité de Dumbledore après la parution du dernier volume du cycle de Harry Potter montre bien la remise en question de l’auteur comme seule autorité sur son texte.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site