Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et jubilation

 | 
Éric Benoit

Troisième Partie. Jubilations du rapport au monde

Giono : de l’expérience de la joie à la jubilation de l’écriture

Jean-Yves Laurichesse

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je prendrai pour point de départ de cette réflexion une notion qui eut une grande importance pour Giono avant la Seconde Guerre mondiale : la joie. On pense bien sûr aussitôt au roman de 1935, Que ma joie demeure, dans lequel un vagabond-acrobate-poète, Bobi, apprend à des paysans atteints de la « lèpre » de l’ennui un certain nombre de recettes pour mieux vivre ensemble et en harmonie avec la nature. On sait que s’est cristallisé autour de ce roman tout un enthousiasme de la jeunesse de gauche, enthousiasme qui conduira à l’expérience collective dite du Contadour. Sur ce plateau de Haute-Provence se sont réunis autour de l’écrivain, deux fois par an de 1935 à 1939, des lecteurs désireux de vivre au plus près de la nature et de ce que, dans son essai de 1936 directement inspiré par cette expérience, Giono appellera les « vraies richesses ». Au début de cet essai, il définira le Contadour comme un « projet d’établissement de la joie1 ». Le mot « joie » est étroitement lié à l’engagem...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540