Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et jubilation

 | 
Éric Benoit

Deuxième Partie. Jubilations langagières

Frankétienne, « la jouissance, c’est pas la joie ! »1

Dominique Chancé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le psychanalyste lacanien, Denis Vasse, oppose nettement, dans son essai, La Dérision ou la joie, jouissance et joie :

Jouer avec les mots comme avec les choses exalte toujours l’imaginaire dans une impression de puissance qui n’ouvre sur aucune présence véritable et précipite dans le vertige d’une jouissance à mort où s’annule le désir de l’Autre. […] Cette jouissance folle se repère facilement car, même si apparemment « tout est normal », elle s’accompagne toujours d’un sentiment d’étrangeté, d’un persiflage ou d’une dérision amère qui signifient que l’homme est atteint au secret de son être.2

L’écrivain haïtien Frankétienne est certes un auteur de la « jouissance » puisque, selon ses propres termes, l’écriture est pour lui « jubilatoire »3, et son texte, on va le voir, place cette jubilation du côté d’un érotisme, voire d’une pornographie, qui justifient, me semble-t-il, l’emploi du terme plus connoté sexuellement, de « jouissance ». Le texte de L’Oiseau Schizophone4 est bien le pr...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540