Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et jubilation

 | 
Éric Benoit

Deuxième Partie. Jubilations langagières

Jubilation ex nihilo : Joyce, Beckett et l’événement du rire

Adrienne Janus

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Haw ! Vous avez entendu celui-là ? Une beauté. Haw ! Hell ! Haw ! Alors. Haw ! Haw ! Haw ! Mon rire, M ? […] De tous les rires, qui à proprement parler n’en sont pas, mais relèvent plutôt de l’ululement, trois seuls à mon avis méritent qu’on s’y arrête, à savoir l’amer, le jaune et le sans joie. Ils correspondent à – comment dire ? – une excoriation progressive de l’entendement...
Samuel Beckett, Watt.1

Cet extrait tiré de Watt nous présente une des performances du rire les plus connues de Beckett ; elle établit le rire comme une modalité de « l’ululement […] correspond[ant] à une excoriation progressive de l’entendement. » Le rire entendu ici, et à travers l’œuvre de Beckett, fait joliment écho à la « pléthore profuse d’ululement » qui condamne la compréhension du lecteur-écoutant durant les « funférailles » dans Finnegans Wake de Joyce.2 En dépit de l’indéniable humour des œuvres de Beckett et Joyce, le rire présenté et produit par leurs œuvres n’est pas seulement un effet secondair...

Auteur

University of Aberdeen

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540