Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et jubilation

 | 
Éric Benoit

Première Partie. Jubilations critiques, jubilations tragiques

Singularité tragique et jubilation créatrice

Sylvie Gomez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1951, Camus écrit dans ses Carnets : « Réponse à la question sur mes dix mots préférés : le monde, la douleur, la terre, la mère, les hommes, le désert, l’honneur, la misère, l’été, la mer. »1 Quelle place pour la jubilation dans la vie âpre de cet enfant de Belcourt devenu un auteur intègre, engagé, lucide, marqué par les souffrances de l’Histoire, nobélisé à 47 ans ? chez cet auteur enfermé, après le succès de La Peste dans la figure du saint laïc ? chez ce moralisateur que beaucoup ne supportaient guère tant ses prises de position agaçaient ? Le mot « jubilation » est rare dans le lexique camusien2. On trouve plus fréquemment les mots joie, plaisir, jouissance, bonheur, extase mais pas de jubilation.

Ma gageure est donc d’examiner des états proches d’une certaine jubilation et d’interroger les acceptions du mot dans un certain nombre de textes camusiens.

Jubiler, étymologiquement, c’est pousser des cris de joie, chanter dans l’allégresse, par confusion avec jubilaeus qui désigne...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540