Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Littérature et jubilation

 | 
Éric Benoit

Première Partie. Jubilations critiques, jubilations tragiques

L’écriture jubilatoire dans l’œuvre de Flaubert

Francis Lacoste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La notion de jubilation n’est pas facile à définir, mais si ce concept se caractérise par une relation euphorique entre le moi et le monde, il peut sembler a priori paradoxal de l’étudier chez un écrivain pessimiste comme Flaubert. Toutefois, si le mot est appliqué à l’expérience de l’écriture, la Correspondance révèle une ambivalence : certes, « l’ermite de Croisset » se plaint des « affres de l’art »1, mais il confie à ses correspondants, en particulier à sa maîtresse Louise Colet, ses profondes joies de créateur tout puissant.

La Correspondance mais également les Œuvres de jeunesse2, à caractère souvent autobiographique, montrent les contradictions d’un écrivain qui, à la recherche d’un absolu, se lamente sur les limites de la condition humaine et dénonce les tares de son époque. Toutefois, le divorce avec la société ainsi que la tentative de régénération du langage jettent les bases d’une approche de la jubilation. Mais c’est dans les grandes œuvres, lorsqu’il atteint « l’Art pur...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540