Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Nihilismes ?

 | 
Éric Benoit
, 
Dominique Rabaté

Conscience du langage et obsessions apocalyptiques (xxe siècle, 2)

American Dreams

Le rêve américain à l’épreuve du nihilisme dans Pastorale américaine de Philip Roth

Raphaëlle Guidée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quoi de plus étranger à l’Amérique, en apparence, que le nihilisme ? Nombreux sont les commentaires qui soulignent l’optimisme foncier d’un pays dans lequel chaque crise est l’occasion de réaffirmer l’effort collectif pour la surmonter (we will prevail), d’une nation si confiante dans sa bonne étoile que les premiers romanciers américains se plaignent de n’y trouver quasiment aucune matière pour un écrivain : « on ne peut concevoir, déplore Fenimore Cooper, de société plus conforme au bon sens, plus dénuée d’absurdités artificielles »1. Et Hawthorne de se plaindre en des termes similaires quarante ans plus tard, en 1860, dans la préface du Faune de Marbre : « Personne n’a idée des difficultés d’écrire un roman dans un pays qui n’a pas d’ombres, pas d’ambiguïtés, pas de mystères, pas de pittoresque, ni rien d’autre qu’une bonne solide prospérité étalée au grand jour »2. Aucune place pour un Netchaïev, donc, dans ce pays de l’utopie réalisée où, comme l’écrivait Thoreau, « il y a asse...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540