Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sens de la langue. Sens du langage

 | 
Chantal Lapeyre-Desmaison
, 
Isabelle Poulin
, 
Jérôme Roger

Ouverture

Peut-on écrire de la poésie en français ?

Histoire d’une question

Gilles Philippe

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Que vaut la langue française pour l’expérience de poésie ? », se demandait Yves Bonnefoy en 19651. Une telle question en engage au moins deux autres2. L’une est générale : est-ce à l’aune de l’expression poétique que se mesure la valeur d’une langue ? L’autre est plus particulière : y a-t-il un lien généalogique entre cette formulation moderne, qui place la poésie du côté de l’expérience, et les doutes de l’âge classique sur les propriétés versificatoires du français ? Si la question de Bonnefoy reste troublante, quelle que soit la réponse qu’on voudra lui apporter, c’est qu’elle est parasitée par des enjeux qui la dépassent, par des discours qui la précèdent. L’impropriété du français à la poésie est en effet un bien vieux thème. On peut sans difficulté en trouver les premières traces au xviie siècle, mais c’est le xviiie qui nous en a légué les formulations les plus fortes. Notre langue « répugne à la poésie3 », aurait ainsi dit André Chénier. Le verbe répugner a le mérite de l’...

Auteur

Université Paris III Sorbonne Nouvelle

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540