Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En quel nom parler ?

 | 
Dominique Rabaté

I. Divorces de l'Histoire

Emprise de l’histoire et déprise de soi : « parler au nom des choses qui sont arrivées », selon Jorge Semprun

Emmanuel Bouju

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En quel nom parler, lorsque comme Jorge Semprun l’on a été à la fois témoin et acteur, au centre et à la périphérie, dans le secret et dans la lumière, dans l’actualité et dans la mémoire de l’histoire ? Je voudrais répondre à cette question en abordant l’œuvre de Jorge Semprun par le biais d’une seule phrase : « Il faut que je parle au nom des choses qui sont arrivées, pas en mon nom personnel. » Cette phrase se trouve au cœur du Grand Voyage, lorsque commence le récit de la mort des quinze « enfants juifs de Pologne » :

Je peux raconter l’histoire des enfants juifs de Pologne pas comme une histoire qui me soit arrivée, à moi particulièrement, mais qui est arrivée avant tout à ces enfants juifs de Pologne. C’est-à-dire, maintenant, après ces longues années d’oubli volontaire, non seulement je peux raconter cette histoire, mais il faut que je la raconte. Il faut que je parle au nom des choses qui sont arrivées, pas en mon nom personnel. L’histoire des enfants juifs au nom des enfants...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540