Version classiqueVersion mobile

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement des contes dans les autres genres littéraires

Un usage politique du conte : les écrivains prolétariens et le conte (Neel Doff, René Bonnet et Henry Poulaille)

Jean-Luc Martinet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les usages du conte

On appelle littérature prolétarienne, dans les années 1930, un ensemble de textes produits pour témoigner des conditions de vie des travailleurs de différents milieux : paysans, ouvriers, mineurs, artisans... Cette notion a donné lieu à des débats et des confrontations dont l’enjeu majeur, pour simplifier, était de savoir qui avait le droit de raconter la vie de ces « gens de peu ». Très vite, on a insisté sur la nécessité d’appartenir à la classe sur laquelle on écrivait pour posséder cette légitimité, qui donne son authenticité au texte1. Mais l’authenticité ne suffit pas pour transformer le témoignage en œuvre littéraire ; se pose alors un problème essentiel pour ces écrivains : quelle forme générique donner à ces récits, c’est-à-dire comment s’inscrire dans un champ littéraire tout en maintenant son appartenance à son milieu ? Comment être écrivain et prolétaire, mêler littérature et témoignage ? Deux formes surgissent naturellement pour aider ces écrivains à ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search