Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement des contes dans les autres genres littéraires

L’inversion de l’effet de réel dans Time Enough for Love de Robert A. Heinlein, ou le plongement paradoxal du conte dans un univers de science-fiction

Éric Picholle et Estelle Blanquet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

To be “matter of fact” about the world is to blunder into fantasy – and dull fantasy at that, as the real world is strange and wonderful.
Robert A. Heinlein, Time Enough for Love (1973)

Longtemps considérés comme des parents pauvres, voire marginaux, de la “grande” littérature, la science-fiction (SF) comme le conte n’ont conquis qu’assez récemment leurs lettres de noblesse dans la critique littéraire. Avec l’émergence, en particulier, des Science Fiction studies dans les années 1970, de nombreux points de convergence sont apparus entre deux genres que tout pouvait sembler opposer, l’un renvoyant, sinon à la réalité, du moins à une situation scientifiquement plausible, l’autre à un univers où tout peut arriver, y compris la magie et les miracles.

Ainsi, selon une approche todorovienne désormais classique1, le conte relève du merveilleux plutôt que du fantastique, dans la mesure où le second suppose une inquiétude, voire un choc, lié à l’irruption de l’irrationnel dans un monde autremen...

Auteurs

Institut de Physique de Nice (INPHYNI), UMR 7010 CNRS

ESPE d’Aquitaine-Université de Bordeaux (LACES)

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540