Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement des contes dans les autres genres littéraires

Anne Sexton et les contes des Grimm : double épanchement de part et d’autre du miroir

Catherine Tauveron

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Poétesse américaine parmi les plus grandes1, Anne Sexton, qui a mis fin à ses jours à 46 ans, atteinte de profonds troubles mentaux, maniacodépressive et constante suicidaire, a plusieurs fois été internée en hôpital psychiatrique. Poussée à l’écriture par l’un de ses thérapeutes, nourrie de psychanalyse, elle construit progressivement une œuvre majeure qui, dit-elle, « a des tripes » et s’inscrit dans le courant de ce qu’on a appelé la « confessionnal poetry », soit une poésie qui dit l’expérience intime, révèle les combats intérieurs de l’auteur les plus douloureux et les plus scandaleux, les éléments d’une expérience que la plupart d’entre nous garderait instinctivement hors de portée du public2. Confessionnelle est la poésie d’Anne Sexton en ce qu’elle y explore les replis de son corps et de son cerveau dérangé, y expose les démons de sa folie, ses angoisses, ses fantasmes, ses traumatismes d’enfance et son histoire familiale perturbée. Elle a cependant pris soin de préciser que...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540