Version classiqueVersion mobile

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement des contes de Perrault dans la littérature

Contes et mécomptes : Tahar Ben Jelloun réécrit Charles Perrault

Lewis Carl Seifert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis le milieu du XIXe siècle, les contes de fées de Charles Perrault représentent, avec ceux des frères Grimm et de Hans Christian Andersen, la forme classique du genre. Pour une grande majorité de lecteurs – adultes et enfants confondus – ces contes, aussi différents soient-ils les uns des autres, incarnent parfaitement les personnages, la structure, le style, et la fonction sociale présumée du conte de fées. Mais cette célébrité a eu des effets pervers : d’abord, parce qu’elle a fait oublier l’énorme variété des récits qui ne se conforment pas au modèle adopté par Perrault, Andersen et les frères Grimm, mais qui n’en sont pas moins des contes merveilleux ; ensuite, parce que cette popularité a obscurci les spécificités historiques et culturelles qui sont à l’origine des contes de ce trio. Même si de nombreuses études récentes des deux côtés de l’Atlantique nous ont permis de mieux cerner ces spécificités, il n’en reste pas moins que pour le grand public – y compris un grand pub...

Auteur

Brown University

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search