Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement des contes de Perrault dans la littérature

Le roman d’un collectionneur esthète : Barbe-Bleue de Kurt Vonnegut

Alain Montandon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Attention aux bonnes fées qui se penchent sur votre berceau ! » Kurt Vonnegut, Barbe-Bleue, p. 209.

Depuis Thomas de Quincey et son Assassinat considéré comme un des beaux-arts (On Murder Considered as one of the Fine Arts, 1854) la figure criminelle de Barbe-Bleue a pu devenir celle d’un esthète. Déjà la littérature fin-de-siècle a mis l’accent sur le caractère esthétique de la perversion et du sadisme, mais on se souvient que chez Perrault Barbe-Bleue témoignait déjà d’un certain sens esthétique à travers ses richesses. Il avait un certain goût dont témoignait l’aménagement de sa demeure avec « de la vaisselle d’or et d’argent, des meubles en broderies et des carrosses tout dorés ». Sa femme et ses amies contemplent « les garde-robes, toutes plus belles et plus riches les unes que les autres », ne pouvant assez admirer « le nombre et la beauté des tapisseries et des lits, des sophas, des cabinets, des guéridons, des tables, et des miroirs […] dont les bordures, les unes de glaces...

Auteur

Université Clermont-Auvergne CELIS

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540