Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement des contes de Perrault dans la littérature

Peau d’âne : le dictat en trois robes

Alice Brière-Haquet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Peau d’âne occupe une place particulière dans l’histoire littéraire, une place à la fois exemplaire et à part. Son titre déjà, expression lexicalisée et dépréciative sonne comme une provocation en 1694. Le recueil que l’on appellera celui des « Contes en vers1 » sort en effet la même année que le dictionnaire de l’Académie auquel participe Perrault et dans lequel on peut lire : « Le vulgaire appelle, Conte au vieux loup. conte de vieille. conte de ma mere l’oye. conte de la cicogne, à la cicogne. conte de peau d’asne. conte à dormir debout. conte jaune, bleu, violet. conte borgne, Des fables ridicules telles que sont celles dont les vieilles gens entretiennent & amusent les enfants2. » La provocation fait ici office d’acte de naissance, de reconnaissance, et Perrault défendra le nouveau genre littéraire par l’ajout l’année suivante d’une préface3 devenue célèbre. Mais Peau d’Âne est aussi un conte à part. À la fois par sa forme – Perrault n’a pas encore mis au point la prose sobre q...

Auteur

Université Paris-Sorbonne - CRLC - EA 4510

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540