Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement du conte entre irradiation et reconfiguration

L’arbre qui donna le bois dont on fit Pinocchio de Jean-Marie Gourio : Pinocchio recommencé ou écriture du désenchantement ?

Jean Arrouye

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre de Jean-Marie Gourio, L’Arbre qui donna le bois dont on fit Pinocchio1, publiée sous l’appellation de « roman », mais structurée comme un conte, n’est pas une réécriture du conte de Collodi comme le sont, pour celui des frères Grimm, la caustique parodie du Vaillant petit Tailleur d’Éric Chevillard2, pour celui de Perrault, l’optimiste reprise de Riquet à la houppe d’Amélie Nothomb3 ou, pour celui de Collodi lui-même, l’adaptation théâtrale de Joël Pommerat, Pinocchio4.

Le héros en est en effet Giacomo, le jeune fils d’un fabricant italien de jouets, Dagoberto Battisti, qui, dans sa jeunesse, après la seconde guerre mondiale, s’installa avec sa femme dans le Jura où il se spécialisa dans la sculpture de pantins Pinocchio. Cependant ceux-ci n’ont plus de succès, les enfants préférant maintenant d’autres jouets. Le vieux sculpteur s’enfonce peu à peu dans le désespoir. Mais voici que son fils reçoit d’un menuisier italien, Valdinievole, habitant Collodi, le village de Geppetto,...

Auteur

Université d’Aix-Marseille

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540