Version classiqueVersion mobile

L’épanchement du conte dans la littérature

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Pascale Auraix-Jonchière
, 
Gilles Béhotéguy

L’épanchement du conte entre irradiation et reconfiguration

Le conte dans l’œuvre de Michel Tournier

Marie-Hélène Méléan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bien que le conte soit considéré par beaucoup comme un genre mineur, réservé aux enfants, Michel Tournier n’a cessé de faire l’apologie de ce genre littéraire, qui constitue selon lui le point culminant de la littérature : « Les plus hauts sommets de la littérature mondiale s’appellent : Les contes de Perrault, Les fables de La Fontaine, Alice au pays des merveilles de Lewis Carroll, Niels Holgerson de Selma Lagerlöf, Les histoires comme ça, de Rudyard Kipling, Le Petit Prince de Saint-Exupéry » a-t-il écrit dans le journal Le Monde1. Sa culture germanique et plus précisément l’influence qu’a exercée sur lui le romantisme allemand peuvent expliquer cet engouement pour le conte, tout comme le véritable culte qu’il voue à l’enfance, d’où le nombre important d’œuvres qu’il a écrites pour la jeunesse et le temps qu’il a consacré à échanger en milieu scolaire avec le jeune public. Aussi les contes sont-ils nombreux dans son œuvre, que ce soit de manière autonome dans ses recueils de nouv...

Auteur

Université de Bordeaux-ESPE d’Aquitaine

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search