Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

Reconquérir la durée humaine

« Au commencement, – mais au commencement il y a la fin »1 ou l’écrasement de la durée dans Egée, Judée ?

Laffont-Bissay

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans Gisements, second recueil de poèmes écrit en 1968 – au titre d’ailleurs très évocateur –, Lorand Gaspar remonte le fil du temps et de l’espace pour se retrouver aux origines du monde afin de montrer l’importance de la matière cosmique sur l’être humain. Il souligne également que sa recherche poétique se fait à partir du monde matériel. Le poète interroge, en ces termes, cette phase du commencement :

Que faire ?
À quel acte sommes-nous ?
Qui prendra l’air de circonstance ?
Une fêlure, le cristallin glisse. C’est fait.
C’était depuis le commencement.
Etait-ce tard déjà ?2

Vingt-cinq ans plus tard, dans le recueil Egée, Judée3, Lorand Gaspar pose encore la question du temps : le commencement est toujours là et l’idée de finitude, suggérée précédemment, est dite cette fois comme telle. Lisons, à ce propos, la première ligne du livre Judée : « Au commencement, – mais au commencement il y a la fin. » (EJ, 101). Le cycle entre un début et une fin ne peut plus exister. Il est totalement écras...

Auteur

CRPHL, Université de Pau

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search