Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

Reconquérir la durée humaine

« Durer, durer, / Dit l’eau » ou « l’illumination » de la durée chez Guillevic

Delphine Garnaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Force est de constater le paradoxe qu’il y a à inscrire l’œuvre de Guillevic dans une réflexion sur la durée : la poésie, fière de ses mouvements de suspension lamartiniens, relève généralement de son abolition, et le poème de Guillevic, qui s’érige dans un mouvement de verticalité essentielle, paraît aussi insensible au passage du temps que peut l’être un menhir1. Sa brièveté caractéristique exclut manifestement toute prose et tout narratif qui pourraient montrer la transformation, ainsi que toute forme d’épanchement lyrique, qui serait susceptible d’entraîner le sujet dans un flux. Le poème guillevicien se veut ostensiblement dur, rigide et immobile, replié sur la brièveté de ses syntagmes et concentré sur des substantifs qui prennent le pas sur ces adjectifs qui « diluent »2. Isolé dans sa marge de silence, ainsi que dans celle du blanc de la page, il ne semble accepter d’autre durée que celle du lecteur en train de lire. Et encore : toute cette concision paraît relever d’un effo...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search