Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

Le mouvement du temps

La durée du voyage : navigation entre temps et espace chez Cendrars

Eden Viana-Martin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« On levait l’ancre » : ainsi commence Le Lotissement du ciel, quatrième et dernier volume des Mémoires de Blaise Cendrars, publié en 19491. Le choix de l’imparfait à l’aspect duratif « levait » signifie que le procès pris comme point de repère pour situer l’histoire était déjà en cours et se prolonge au-delà de l’action décrite. L’opération qui mène au départ (du navire, mais aussi du récit) est ainsi signalée dans sa durée, volontairement de façon non limitative. Et cet aspect duratif est ici souligné par l’association d’un verbe de sens perfectif « lever l’ancre » avec l’emploi de l’imparfait.

C’est que le voyage s’écrit, chez Cendrars, à travers et dans le déplacement, dans toute la durée du déplacement – ce « déplacement vers l’autre et retour vers un même différent » selon Nadine Laporte2. L’espace et le temps se situent souvent ici dans un entre-deux constant ; « entre monts – entre mondes », pour citer Cendrars3. Entre deux pays, à bord du Gelria ou du Formose ; entre deux pe...

Auteur

CRPHL- Université de Pau et des Pays de l’Adour

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search