Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

Le mouvement du temps

Une poétique de la durée pour une poétique de l’espace à travers les romans de Louis-Ferdinand Céline

Suzanne Munsch

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Instant, moment, lenteur, brièveté, spontanéité, durée… comment saisir le temps sinon par un acte d’abstraction qui engage une représentation du temps dans l’espace, c’est-à-dire dans une forme, une spatialité singulière ? Le temps représenté est un temps spatialisé, conceptualisé. Il s’oppose au temps bergsonien, un temps écarté de la connaissance, dont le sujet aurait cependant l’intuition1. Avant toute conceptualisation de l’objet roman, toute formulation, existerait cette intuition du temps, protégeant le temps des marques de la spatialité.

Les romans de Louis-Ferdinand Céline établissent une synthèse entre « intuition » et « perception ». Le corps, la matière, contiennent les aveux d’une réalité subjective. Sans définir le temps, sous peine de le priver de son authenticité, le sujet reste au seuil de la perception, écarté du savoir. Appliquée au temps, l’expression de « foi perceptive » utilisée par Maurice Merleau-Ponty pourrait servir l’écriture célinienne. Le temps ne corresp...

Auteur

CRPHL, Université de Pau

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search