Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

La durée brisée de la modernité

Écriture de la durée et reconstruction historique dans l’œuvre de Jorge Semprún : perspectives individuelles et collectives d’une temporalité fragmentée

Valérie Capdevielle-Hounieu

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le mystère du temps n’équivaut pas à un interdit pesant sur le langage ; il suscite plutôt l’exigence de penser plus et de dire autrement.
Paul Ricœur1

Essentiellement autobiographique, l’œuvre de Jorge Semprún vise une entreprise de récupération de soi par l’écriture, en se tournant irrémédiablement vers le passé pour comprendre le Je au présent et le projeter dans l’avenir. Ecriture du temps qui passe et des « morts qui ont l’âge de la mémoire », l’entreprise littéraire de l’auteur tente de conjurer la discontinuité d’une existence heurtée par l’Histoire.

Parce qu’il est un Espagnol contraint à l’exil à l’aube de la guerre civile, Jorge Semprún expérimente une première rupture fondatrice de l’acte d’écriture : celle d’avec les origines, d’avec la terre et la langue de l’enfance. Le vacillement identitaire provoqué par l’exil est une oscillation, une hésitation entre deux pôles, le français et l’espagnol, le présent et le passé. Vient alors se greffer sur la question du déplacement gé...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search