Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

La durée brisée de la modernité

L’entropie dans le roman américain de la seconde moitié du vingtième siècle

Frédéric Sayer

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La durée pourrait se définir comme l’intervalle ressenti entre deux instants, mais dès le livre XI des Confessions de Saint Augustin, il apparaît que cette durée constitue un saut conceptuel permettant de dépasser la nature paradoxale de l’instant fuyant, aussi insaisissable qu’un grain de sable s’écoulant dans un sablier. Seule la conscience, déployée dans un présent (contuitus) se souvenant du passé (memoria) et tendue vers un avenir (expectatio) peut percevoir le temps comme une durée continue dans un mouvement de co-création. Ce sera Bergson qui ira le plus loin dans l’investigation de cette co-création de la conscience et de la durée, des épousailles que la littérature ne cesse d’illustrer : en effet, le travail d’élaboration mémorielle de la subjectivité de l’auteur ou du narrateur fait exister cette durée de manière imaginaire et permet en retour de fertiliser l’expérience d’un présent jusqu’alors fuyant.

Aux antipodes de l’épiphanie artistique qui vient sublimer l’expérience ...

Auteur

Université de Pau et des Pays de l’Adour

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search