Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

La durée brisée de la modernité

L’éternité rompue ou une durée hors d’haleine dans La Bèstio dóu Vacarés (La Bête du Vaccarès) de Joseph D’Arbaud

Jean-Yves Casanova

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Bête du Vaccarès (La Bèstio dóu Vacarés dans sa langue d’origine), roman publié en 1926 par Joseph D’Arbaud chez Grasset, tient une place originale à plus d’un titre dans la littérature occitane : prose éditée en deux versions, provençale et française, chez un éditeur parisien conséquent, La Bèstio apparaît aujourd’hui comme l’un des livres de la bibliothèque d’oc les plus connus, les plus cités et de nombreuses fois réédité, mais sans doute l’un des plus énigmatiques, une de ces œuvres qui, finalement, à force de citations et de louanges ne sont pas vraiment lues1. Cette célébrité, toute relative, tient également au thème traité, mais aussi à l’éclosion depuis la fin du xixe siècle d’une littérature provinciale, reconnue à Paris comme participant de ce paysage national par lequel la France se définit ; on sait que la Provence y joue un rôle particulier, attractif, rôle dont les œuvres d’Alphonse Daudet et de Paul Arène ont figuré les illustrations majeures, bien à tort si l’on c...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search