Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

Équilibre et déséquilibres du temps ordinaire

La durée comme abolition du temps dans Le Livre de l’impératrice Elisabeth (1908) de l’écrivain grec Constantin Christomanos

Renée-Paule Debaisieux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Et les petites vagues qui, sans cesse, couraient s’échouer sur le rivage, comme si elles ne pouvaient s’en séparer, étaient toutes pressées par leur désir et avaient l’esprit ailleurs… pas une ne se retourna pour me regarder passer » (235). Tels sont les derniers mots du Livre de l’impératrice Elisabeth, qui scellent la dichotomie entre l’instantané (le narrateur quitte Corfou) et le duratif (les vagues qui déferlent « sans cesse » sur le rivage). Ces deux aspects nous invitent à étudier la notion, toute particulière, de durée dans ce texte qui se présente comme un journal.

C’est sous le titre de Tagebuchblätter (= Pages de journal) que Constantin Christomanos (1869-1911) a publié pour la première fois ce journal, en allemand, à Vienne, en décembre 1898, trois mois après l’assassinat d’Élisabeth d’Autriche. Il relate les moments qu’il a passés en sa compagnie entre mai 1891 et mars 1892, puisque ce jeune étudiant grec avait été embauché à la fois comme accompagnateur de l’impératri...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search