Version classiqueVersion mobile

Poétiques de la durée

 | 
Michel Braud

Table des matières

Équilibre et déséquilibres du temps ordinaire

Fabienne Bercegol

Dominique de Fromentin : le leurre du bonheur dans la durée

Le portrait d’un « homme heureux »
Le temps de l’idylle familiale et champêtre
La quête de l’identité
Éloge de la durée
Un bonheur ambivalent
Elena Manoliu

Amiel et Cioran

Variations sur la durée

La durée brisée de la modernité

Françoise Buisson

Durée(s) et Impureté dans Le Bruit et la fureur de William Faulkner

La durée déstructurée
La durée ennemi impur
Comment endurer ?
Frédéric Sayer

L’entropie dans le roman américain de la seconde moitié du vingtième siècle

1. La pyramide comme négation de la durée humaine
2. L’infini ruban de Möbius de l’exégèse typologique
3. Le présent éternel de la société de consommation
Valérie Capdevielle-Hounieu

Écriture de la durée et reconstruction historique dans l’œuvre de Jorge Semprún : perspectives individuelles et collectives d’une temporalité fragmentée

Une temporalité fragmentée ou la durée impossible ?
De la durée qui travaille le texte et du texte qui engendre la durée
Écriture de la durée et (re)construction de l’Histoire
Conclusion

Le mouvement du temps

Laurent de Lataillade

Narration et durée dans La Montagne magique

Ironisation du temps
Raconter le temps
L’épreuve de la durée
Dominique Rabaté

« Ah, mais combien de temps croyez-vous que cela durera ? »

Irrémédiable et inoubliable dans Voyage au Phare

1. L’architecture de la durée
2. La durée comme intrigue
3. Instant, durée, éternité
4. Le personnel et l’impersonnel
Suzanne Munsch

Une poétique de la durée pour une poétique de l’espace à travers les romans de Louis-Ferdinand Céline

I. Contre le cloisonnement circulaire d’une durée mimétique (Du Voyage à Guignol’s band II)
A. La circularité spatio-corporelle du Voyage au bout de la nuit
1. Construction d’une périphérie : l’assujettissement de la durée à l’instant
2. Construction d’une profondeur centrale : de la répétition à l’itération
B. La réitération du cercle ou la formulation contestée d’une durée mémorielle : Mort à crédit, Casse-pipe, Guignol’s band I et II
1. Mort à crédit : réitération du cercle cloisonnant et rêverie d’extraction
2. Casse-pipe : chute ou approfondissement vertical du centre
3. Guignol’s band I et II : l’appropriation immanente de l’instant
II. « Verticalisation » d’un temps instantiel ou construction d’un « présent duratif » (Féerie pour une autre fois I et II)
A. Féerie pour une autre fois I : construction synchronique de l’instant
1. Protension et rétention temporelles
2. De l’annulation horizontale de la durée vers la proclamation verticale de l’instant
B. Féerie pour une autre fois II (Normance) : quand l’instant s’éternise
1. Définition formelle de l’instant-évènement
2. Saisir l’insaisissable
3. Emergence d’une durée poétique
III. La ruine de l’espace-temps ou la formulation d’une durée poétique (D’un château l’autre, Nord, Rigodon)
Conclusion
Eden Viana-Martin

La durée du voyage : navigation entre temps et espace chez Cendrars

1. Le voyage du somnambule : contemplation
2. L’oiseau sept-couleurs : migration
3. Le temps d’un retour : distanciation

Reconquérir la durée humaine

Delphine Garnaud

« Durer, durer, / Dit l’eau » ou « l’illumination » de la durée chez Guillevic

La durée : une temporalité angoissante
La tentation de l’abolition de la durée par l’instant
La construction d’une durée idéale contre la durée ?
L’acceptation de la durée
Laffont-Bissay

« Au commencement, – mais au commencement il y a la fin » ou l’écrasement de la durée dans Egée, Judée ?

I. Egée ou la conception d’un temps mythique
II. Judée ou le réapprentissage du temps présent et de l’espace
III. Feuilles d’observation et La Maison près de la mer ou la naissance d’un autre temps
 
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search