Version classiqueVersion mobile

Écritures de l'énergie

 | 
Éric Benoit

Quatrième partie. Enjeux idéologiques et inquiétudes contemporaines

L’Énergie du désespoir. Le roman contemporain devant l’apocalypse : McCarthy, Minard, Volodine

Jean-Paul Engélibert

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il peut sembler paradoxal de chercher l’énergie dans les fictions de l’apocalypse. En fait, comme l’Apocalypse de Jean elle-même, les romans de la fin du monde publiés depuis la fin du XXe siècle mobilisent des figures de l’énergie. Mais à l’inverse de l’apocalypse chrétienne, les fins du monde contemporaines ne sont pas espérées, mais redoutées : elles n’ouvrent sur aucun au-delà, ne révèlent rien d’autre que la fin du monde et n’offrent aucune possibilité de rédemption. Aussi, si elles débordent d’énergie, n’est-ce pas celle de l’espérance. Au contraire, elle est tirée du néant ; il s’agit de l’énergie du désespoir.

« L’énergie du désespoir » est une formule que Michel Deguy a déjà utilisée pour intituler un court essai paru à la fin des années 1990, où le poète mêle au désespoir issu d’une prise de conscience écologique une méditation qui conclut à l’affirmation de l’énergie poétique comme seul lieu d’utopie1. Ses propositions résonnent avec de nombreux romans contemporains qui vo...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search