Version classiqueVersion mobile

Écritures de l'énergie

 | 
Éric Benoit

Troisième partie. Énergie poétique

Le chant du grillon qui parfois se tait

Éric Dazzan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans L’énergie du désespoir1, Michel Deguy écrit que « Aujourd’hui c’est [...] par ses propres forces que la poésie doit être capable de vérité(s) » et il relève que « parmi tant de stéréotypes en fausse vigueur (portant sur la poésie) il y a ceux de la force et de l’énergie. » La difficulté, ajoute-t-il, est bien sûr de déterminer « quelle est l’énergie proprement poétique ou en poème ». Il faut, me semble-t-il, pour bien entendre cette question, distinguer les deux formulations qu’en propose Michel Deguy : que cette énergie soit poétique ou « en poème », ou encore qu’il y ait une énergie propre au poème ou une énergie qu’il capte et transporte ou communique à sa manière ne revient évidemment pas au même. Michel Deguy choisit d’appeler (il précise « parfois ») cette énergie, « l’énergie du désespoir » et propose de « déterminer en quelle économie tropologique elle consiste ». Ma perspective ne sera pas tout à fait la même que la sienne, puisque m’intéressent aussi dans cette questi...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search