Version classiqueVersion mobile

Écritures de l'énergie

 | 
Éric Benoit

Troisième partie. Énergie poétique

Énergie et hystérie chez Baudelaire

Jean-Michel Gouvard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’énergie est au centre de la poétique de Baudelaire1. Bien que cette notion s’enracine dans un héritage romantique aussi bien livresque que pictural et musical, le poète se l’est approprié pour lui prêter une force créatrice prépondérante, par laquelle l’artiste s’arrache à l’ennui, et dépasse sa condition d’homme2. « Le mauvais vitrier », dans Le Spleen de Paris, en offre une illustration exemplaire3. Suivant un patron sur lequel sont construites plusieurs pièces du recueil, le poème se subdivise en deux parties : la première développe des considérations générales sur un type de comportement, dans un style qui n’est pas sans rappeler les moralistes du XVIIIe siècle, comme Vauvenargues ; la seconde illustre par l’exemple le type qui a ainsi été défini4. Dans le premier volet du « Mauvais vitrier », Baudelaire utilise à deux reprises le mot « énergie » :

Il y a des natures purement contemplatives et tout à fait impropres à l’action, qui cependant, sous une impulsion mystérieuse et in...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search