Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture picturale et écriture musicale de la littérature et des arts

 | 
Béatrice Bloch
, 
Apostolos Lampropoulos
, 
Pierre Garcia

Troisième partie. Écritures entendues

Romans de l’interprète : variations romanesques sur les Goldberg

Suzanne Lay

Résumé

Œuvre mythique devenue, au même titre que l’Art de la Fugue, un hypotexte littéraire à part entière, Les Variations Goldberg ont dépassé, pour le roman contemporain, le simple statut de référence, pour y devenir à la fois thème de fiction et modèle formel. Si le « roman de la formation musicale » enrichit, comme l’analyse Aude Locatelli, les principes du Bildungsroman du thème de la musique, le « pattern », plus récent, du roman en forme de variations, consacré à un personnage de musicien, trouve également dans l’œuvre musicale un modèle structurant, dans la lignée de la « musicalisation de la fiction » chère à Aldous Huxley. Les Variations Goldberg de Nancy Huston et Contrepoint d’Anna Enquist confrontent un personnage d’interprète aux Variations Goldberg, à leur déchiffrage, à leur lecture et à leur exécution. L’œuvre musicale fait écho aux problématiques de ces personnages, de même que les questions soulevées par l’interprétation et la réalisation musicales. Le recueil de Bach y devient à la fois thème, sujet et trame romanesques. L’interprétation du texte musical s’érige ainsi en composition littéraire.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les voix vivent leurs vies bien séparées ; elles s’effleurent, leurs chemins se croisent, elles se réunissent un instant pour créer une harmonie finale et parfaite, puis se rompre à nouveau. Chacune d’entre elles est toujours seule, séparée et individuelle. « Je suis moi, dit le violon, le monde tourne autour de moi », « Autour de moi », crie le violoncelle, « Autour de moi », insiste la flûte. Et tous ont également raison et également tort ; et aucun d’eux n’écoutera les autres. La fugue humaine se compose de mille huit cent millions de voix. Le bruit qui en découle a peut-être un sens pour le statisticien, mais aucun pour l’artiste. Ce n’est qu’en considérant une ou deux voix à la fois que l’artiste peut y comprendre quelque chose1.
A. Huxley, Point Counter Point

Peu de compositeurs incarnent autant que Bach la possibilité, pour le roman, d’adopter une forme musicale. C’est, avant tout, ce souci qui demeure, des romans fugués d’Aldous Huxley et d’André Gide aux romans inspirés des V...

Auteur

Suzanne Lay est titulaire d’une licence de musicologie, d’une maîtrise de langues, d’un master de droit de la culture et d’un master de lettres modernes. Critique musicale pour la revue Bachtrack, membre du Chœur de Paris et du Chœur féminin de l’Assemblée nationale, elle pratique également l’orgue depuis de nombreuses années. Doctorante contractuelle à l’Université d’Aix-Marseille, elle consacre aujourd’hui sa thèse aux présences de Jean-Sébastien Bach dans le roman du XXe siècle, au sein du groupe comparatiste « Transpositions » (Laboratoire CIELAM) et dans le cadre du collège doctoral Aix-Tübingen « Cultures de conflit/conflits de cultures ».

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540